Le Masque de la Momie

Tentative d'activation des obélisques et du disque solaire

Revenant de Téphu au bout de quelques heures grâce à une téléportation de papy Hekmet, nous avons passé la nuit auprès des tranchées.
Au matin les obélisques brillaient avec bien moins de puissance alors nous avons décidé de retourner à la carte pour les activer à nouveau.
D’une téléportation, c’est Sen qui s’en est occupé avant qu’on se dirige vers le premier obélisque indiqué par Chisissek.
PZO90110-StarStele.jpg
Pour l’activer l’obélisque, papy Hekmet et Sen, protégés par un sort des éclairs en émanant, l’ont badigeonné d’eau bénite.
Il s’est alors mis à briller en doré. Une fois tous les obélisques activés ainsi, nous nous sommes approchés de l’endroit le plus à l’ouest où les tranchées formaient un soleil : le disque solaire.
Puisque nous n’y étions encore jamais allés, nous avons constaté qu’il y avait au centre une sorte d’encoche en forme de soleil. Tout comme pour l’ankh servant à activer la magie du Kepsuthanem, il manquait un morceau à glisser dedans.
Ne sachant pas où chercher, j’ai proposé à mes compagnons que l’on tente d’aller à l’akoumeneth dont nous avait parlé le sheitan.
Nous avons d’abord aperçu une sorte de ligne de piquets sur lesquels volaient des tissus. Mais une fois plus près nous avons eu la surprise de voir un immense spinosaure momifié sortir du sable ! Les piquets n’étaient autres que des écailles sur son dos !
tumblr_inline_o2zjjr6UYw1s2vv7d_500.png
Rapidement nous avons reconnu la créature comme étant celle dont nous avions trouvé une petite figurine.
Avant que nous n’ayons le temps de l’attaquer, il a poussé un horrible cri ! Alors, sans comprendre pourquoi, je me suis sentie prise d’une insurmontable peur ! Puisque j’étais au volant de notre char fantôme, j’ai pris la fuite avec alors que seuls Asriel et papy Hekmet avaient eu le temps d’en sortir.
Sen, à mes côtés, a essayé en vain de me raisonner et Radoki, debout sur le toit de la calèche, a poussé un petit cri de surprise !
Heureusement le barde a été capable de tenir en équilibre sur le toit du char et ensuite il a réussi à annuler les effets du cri du spinosaure en me lançant un sort. Alors nous avons pu rejoindre nos compagnons sur le lieu du combat !
Les choses ne furent pas aisées, le dinosaure a d’abord avalé Asriel puis a agrippé Sen pour faire de même, mais le moine agile ne s’est pas laissé faire !
Finalement papy Hekmet l’a enfermée dans une prison de glace et la créature, affaiblie, est tombée en poussière.
Une fois débarrassés du spinosaure, nous avons cherché l’entrée de l’akoumeneth. Sen a dû creuser longtemps sous le soleil brûlant et nous avons trouvé une petite trappe sous le sable.
Suivant un long couloir s’enfonçant dans la terre, nous sommes arrivés dans une pièce dans laquelle se trouvait une grande statue portant un bâton. Au bout du bâton nous avons récupéré une ankh dans laquelle nous avons trouvé une baguette magique.
A l’autre bout de la pièce une arche s’ouvrait sur un couloir brumeux.
2cd4f7b037f1e9b6255763902dc8f005--pathfinder-rpg-fantasy-rpg.jpg
En approchant, papy Hekmet a constaté que la brume ocre était une sorte d’acide solide impossible à dissiper et particulièrement dangereux.
Puisque l’acide n’attaquait pas les murs, nous avons utilisé la baguette magique pour transformer momentanément notre peau en pierre et entrer dans le couloir.
Empruntant une multitude d’embranchements et serpentant dans les couloirs, nous avons été victimes d’un piège que la brume opaque m’a empêché de voir. Heureusement, j’ai repéré les suivants et nous avons fini par déboucher dans une petite pièce que le brouillard n’atteignait pas.
Dans cette salle j’ai désamorcé un nouveau piège puis trois golems nous ont sauté dessus. Le premier avait une tête de chat, le second une tête de faucon et le dernier, de scarabée.
Rendue invisible par un sort de papy Hekmet, j’ai vite tué celui à tête de chat alors que Sen et Asriel s’occupaient des deux autres…
pantheron.png

View
Une question de point de vue

[…] nous continuions alors notre exploration le long de ce sombre couloir avant de trouver une salle que mes assistants ouvrirent avec un enthousiasme étrangement mesuré. Une fois accessible nous pûmes découvrir ce qui était sans doute l’atelier de création des statues d’argile saccagées découvertes un peu plus tôt. Il s’y trouvait en particulier un socle magique que je me suis promis de ramener à Sothis lors d’une future expédition.

Un peu plus loin le couloir déboucha finalement sur une double porte solidement fermée devant laquelle se trouvaient quelques cadavres d’étranges créatures. Je rassurais mes assistants en leur expliquant qu’il s’agissait sans doute de Cenovath, d’étranges créatures dont la compréhension leur échappait. Derrière les doubles lourds battants se trouvait une énorme salle qui devait servir de réserve pour entreposer nombre de ces spécimens. L’endroit était dans un état déplorable et des milliers de carcasses de Cenovath jonchaient le sol au milieu de divers débris et gravats. Nul doute que ce soit encore l’œuvre barbare de pillards ayant foulé ce lieu sans la moindre idée d’où ils mettaient les pieds.

L’exploration continua par le couloir principal. Quelques mètres plus loin se trouvaient deux alcôves miraculeusement préservées de ces pilleurs. Sans doute n’y avaient-ils rien décelé d’intéressant mais mes yeux avisés trouvèrent-là plusieurs composant alchimiques et magiques renfermant d’importantes informations sur les us et coutumes de l’époque. Un trésor archéologique précieux en d’autres termes.

L’interminable couloir déboucha finalement sur une gigantesque salle dont l’étendue se cachait à notre regard dans les ténèbres. A quelques pas de l’entré de cette pièce gisaient les dépouilles momifiées de créatures massives qui terrorisèrent un temps mes assistants.
Kalnakas.jpeg
L’un d’eux fini par me révéler d’anciennes légendes folkloriques parlant d’immenses bêtes nommées « Kalnakas » faisant office de croque-mitaine dans la culture locale, mais un esprit aussi brillant que le mien su tout de suite reconnaitre les traits de ravageurs gris momifiés sans doute dans le but de protéger les lieux. Malheureusement pour eux ils n’ont pas pu défendre les richesses de ce site contre les brigands assez courageux pour braver cet endroit. Tout avait été soigneusement pillé si bien que seuls des sarcophages vides restaient après leur passage. Même les caches dissimulées dans les murs n’étaient pas restées inviolées. Seule subsistait une grande carte du site gravée à même la paroi de la pièce. Celle-ci, dont la nature exacte est précisée dans mes annexes, n’a sans doute pas intéressé les malandrins qui n’y auront sans doute vu qu’une singularité architecturale.

C’est bien la preuve que l’exploration de site archéologiques par de vulgaires aventuriers devrait être proscrite et réservée à une élite bien plus méritante et à même d’apprécier les richesses historiques de ces lieux.

Extrait de « Exploration des tranchées aux esclaves », Chapitre VII – Le Sekrephrenet
Abdal Hazir – 4719 AR

View
Le Tekramenet et le Sekrephrenet
Ou comment remettre le courant dans les Tranchées Aux Esclaves

Rencontre avec Teph-Naju le Sheitan

tefnaju.jpgAprès concertation, les aventuriers décidèrent qu’il pourrait être intéressant de communiquer avec le Sheitan dont ils possédaient la statuette afin d’obtenir son aide. Ils avaient dans l’idée de lui dire qu’ils allaient l’aider à mettre fin à son contrat en faisant atterrir la pyramide du Pharaon oublié. L’objectif des aventuriers étaient d’en apprendre plus sur les Tranchées aux Esclaves mais aussi de s’assurer que le Sheitan ne serait pas un obstacle.
C’est pourquoi ils déposèrent sa statuette sur l’autel prévu à cet effet. C’est Radoki qui fut choisi pour la tâche et après un rapide dialogue avec le Sheitan qui au premier abord semblait en colère mais finalement plus intrigué qu’énervé, les aventuriers convinrent d’un RDV avec lui au nord des Tranchées.
Par prudence, ayant réussi à identifié les autres statuettes, ils décidèrent de déposer sur ce même autel celle du spinosaure momifié ainsi que celle de l’élémentaire de terre.

Le Sheitan dernier se présenta à l’heure convenue et se présenta comme le gardien des lieux : tant que les aventuriers ne tenteraient pas d’endommager les lieux, il les laisserait explorer sans problème. Il leur indiqua aussi l’emplacement du Sekrephrenet puis leur parla vaguement de l’Akhumenet mais comme les aventuriers n’en avaient jamais entendu parler, il n’insista pas.

La réactivation du Tekramenet

Les aventuriers prirent donc congé du Sheitan et retournèrent au Tekramenet. Ils déposèrent l’ankh lumineuse dans l’emplacement prévu à cet effet immédiation, le disque de pierre se souleva du sol et pivota afin de se placer face au tunnel cylindrique dans lequel il s’enfonça tout en tournant sur lui-même. A mesure qu’il avançait, il tournait de plus en plus vite et une fois arrivé à la section en cuivre, le disque était tellement lumineux qu’il en semblait incandescent.

En sortant du Tekramenet, les aventuriers remarquèrent que les obélisques étaient lumineux et vibraient d’un son encore plus intense. Au loin, ils remarquèrent que les grands obélisques luisaient tellement qu’ils en semblaient aussi incandescents. Ils décidèrent donc de se rendre au Sekrephrenet sans attendre.

La cascade de sable et l’élémentaire de terre

small-waterfall.jpgEn approchant du lieu, ils distinguèrent un son de cascade et furent des plus surpris quand ils se rendirent compte qu’il s’agissait en fait d’une cascade de sable ! Asriel fut particulièrement étonné car le sable semblait ne venir de nulle part et ne s’accumulait pas en bas de la trachée. Pendant que Sanya inspectait la tranchée à la recherche d’un quelconque mécanisme, Hekmet et Radoki tentèrent de détecter la présence de, tant au niveau de la chute que de la zone où elle se créait mais sans succès et quand Radoki tenta de dissiper une quelconque magie, rien se se produisit à tel point que le paladin se demanda si cette cascade n’était tout simplement pas « vivante », résultant de l’action de créatures particulières.

250px-Earth_elemental_1.jpgIl n’eut pas le temps de se poser plus de questions car quand Radoki tenta d’envoyer un serviteur invisible à travers la cascade, un gigantesque élémentaire de terre sortir du sol et l’attaqua ! Le moine, rapide comme le vent, bondit en avant d’un coup de pied du dragon pour attaquer la créature, rapidement suivi par la jeune roublarde tandis que le paladin se soignait rapidement. Le barde chantant et dansant, le moine et la roublarde n’eurent pas de mal à terrasser l’élémentaire de terre.
Une chance qu’ils aient pensé à mettre cette statuette sur l’autel plus tôt dans la journée !

Quant à Hekmet qui avait été perturbé par un coup bien placé du monstre, il finit d’invoquer un tyrannosaure. Déçu de ne pas avoir pu l’envoyer en combat, il décida qu’il servirait à amortir la chute de sable pour que ses compagnons puissent passer en dessous. Grâce à des manœuvres de dressage parfois malhabiles, finalement, tous purent passer de l’autre côté et entrer dans le Sekhrephrenet.

L’exploration du Sekrephrenet

L’intérieur du bâtiment était une succession de très longs couloirs en spirale. Avant le premier coude, les aventuriers remarquèrent un glyphe de scarabée au sol mais après avoir fouillé la zone et marché sur le glyphe quelque temps, rien ne se produisit, alors ils continuèrent leur chemin.

Ils furent arrêté près d’une centaine de mètres plus loin par une profonde fosse au fond de laquelle se trouve de nombreux pics. Hekmet franchit le trou en volant et remarqua une chose stupéfiante : la gravité était inversée à ce niveau ! Il réussit toutefois à atterrir sans mal de l’autre côté. Sanya tenta sa chance et décida de toucher le plafond. A cet instant, la gravité redevint normale en un instant et la jeune roublarde tomba au fond du puits ! Elle ne dû sa survie qu’à ses réflexes lui permettant d’activer chute lente mais se blessa quand même légèrement les jambes au fond du trou. Elle décolla pour finalement rejoindre Hekmet de l’autre côté. Les aventuriers tendirent une corde de part et d’autre du trou pour que Radoki puisse passer. Ensuite, ce fut au tour du paladin de passer en volant grâce à ses bottes, mais gêné par sa lourde armure, il fut déstabilisé lorsque la gravité s’inversa et il toucha alors le plafond. Malgré le fait qu’il soit en plein vol, il tomba au fond du trou et grâce à la vigilance de Sanya qui activa une fois de plus une chute lente, il ne fit que se blesser légèrement au fond du trou. Il finit finalement par passer de l’autre côté.

Les héros se retrouvèrent alors nez à nez avec un mur sur lequel se trouvait aussi une glyphe de scarabée. Hekmet trouva comment l’activer et le mur (qui en fait était un bloc de roche), s’enfonça lentement dans le sol, permettant aux héros de passer de l’autre côté. Finalement, le bloc remonta lentement, fermant le chemin sur leur passage.

Dans une pièce un peu plus loin, ils furent attaqués par un golem dans une salle contenant d’autres statues mais n’eurent aucun mal à le vaincre.

Les vases de la connaissance

Dans une autre salle, ils eurent la surprise de découvrir une centaine de vases canopes qui émettaient une étrange aura de nécromancie. Sur les murs de la pièces, une scène montrait des gens en train de déguster le contenu de ces vases qui n’étaient autre que… des cenovaths ! Sen et Asriel décidèrent de boire le contenu d’un vase chacun et passé la douleur des pattes des bestioles leur lacérant la gorge, ils se sentirent aussitôt envahi par une immense connaissance ! Sen maîtrisait mieux l’ancien osiriannais et Asriel savait désormais se battre avec un kopesh ! Enthousiaste, Sen but un deuxième vase et sentit ses connaissances s’élargir, même s’il devinait que ce second effet serait temporaire.

a373c38da6378282ada4ebc930ebdfd5.png

Les 2 amis tentèrent de convaincre leurs compagnons de faire de même, mais méfiants, ils refusèrent tant qu’ils n’étaient pas sûrs qu’il n’y avait pas d’effets secondaires.

Ils décidèrent donc de placer les vases restants dans le coffre magique et continuèrent leur exploration.

View
Descente aux tranchées

EN CONSTRUCTION

Retour à tephu, achat de parchemin
On retourne au piege
Tenebres
Disque pierre 30cm de haut, 3m diametre
Pierre taille d’une main au centre
Fond du couloir, facade en cuivre
Disque pourrait entrer dans le couloir
Emplacement pour placer qq chose
Magie/méchanisme chori, rôle dans l’activation du ketsutanem
Couloir au nord, cylindrique, 3m diametre
Cuivre parfaitement lisse sur les 5 derniers metres
Aura magique que je connais pas
Arche qui rentre dans une pierre
40m depuis entrée
Haut central cathédrale, 6m de haut
Sol décoré au motif hiéroglyphe et géométrique
Statue de Seth, 5m de haut. Elles bougent
On vole pour éviter les pièges et statues
Pont sur un Chemin en « T ». pas d’autres issues
On passe dans la grotte. Ossements. Mot inconnu
On continue. 1p/ordre de marche
Chemin en Y. Droite. Pas de faufilement sur 20m
On continue. On arrive en Y inversé
Un flash vert. Rien. On entend une voix
On suit la voix. Reflash vert.
Nouveau chemin. On poursuit
Créature dans le mur qui attaque
Le paladin attrape du lichen et le mange
Paladin tue le geist avec du lichen dans la bouche

Pierre noir avec un ankh (taille main)
Podium carré mm pierre noire
Très gros coffre bois et sur estrade pierre
Scarabé ailé image gravé
On voit pas le plafond : brillant
3 aveugles + … (coffre avec Rune)
3 fou

Enfants brillant
6 statues

Spinausore : rend + fort mais sensible à la mort : mettre sur podium
Lien télépathique avec créature (sur podium)
Ankh : artefact mineur
Teph Naju sheitan élémentaire de feu)
Contrat avec Hakt.. ( ?) pour être gardien du site jusqu’à l’atterrissage pyramide
Après il sera libre avec toutes les récompenses de la salle
Protection Ketsutanem

Dinosaure momifiée
Capuche
Shaitan
Roc

View
En route pour les tranchées aux esclaves

La chute de la pyramide
Alors même que je flottais dans les airs grâce à mon cimeterre, j’ai vu la pyramide sombrer tout à coup dans le vide !
pyramid-spaceship-man.jpg
J’ai cherché du regard mes compagnons, pensant que peut-être ils avaient volontairement fait chuter la pyramide, que peut-être ils avaient trouvé un moyen de fuir… Mais une fois la poussière retombée je dus me rendre à l’évidence : aucune trace de mes amis parmi les débris. A mes appels, à mes cris, aux noms de mes compagnons, seul le silence répondait.
J’étais seule.
Serrant un peu plus fort contre moi les morceaux rocailleux de papy Hekmet, j’ai prié. J’ai prié pour la première fois de ma vie, implorant tous les dieux et déesses dont je n’ai jamais su les noms, auxquels je ne me suis jamais intéressée. J’ai prié pour que quelque part quelqu’un m’entende, j’ai prié pour que, parmi les décombres, Asriel, Sen et Radoki s’élèvent.
Puis j’ai attendu. Longtemps. Incapable d’effectuer le moindre mouvement, incapable de savoir que faire, où chercher, qui appeler…
Peu à peu les passants ont afflué, attirés par le fracas assourdissant fait par la pyramide lors de sa chute. Étouffée par un sentiment d’échec cuisant, j’ai eu peur de leur réaction. Après tout, faire sombrer une pyramide volante sur la ville n’avait jamais fait partie du plan… Mais ils m’ont entourée de leur bienveillance et m’ont proposé de m’aider à leur tour.
Alors nous avons remué les décombres. Je ne saurais dire combien de temps il nous a fallu mais à un moment, alors que mes espoirs s’affaiblissaient petit à petit, la voix de Radoki a retenti !
Sen et Asriel, encouragés par les chants du barde, avaient réussi à dégager un passage. Accourant, les villageois et moi-même avons donc redoublé d’efforts pour les aider à s’extirper de la pyramide.
Quelle joie lorsque j’ai vu leurs visages, tout poussiéreux et contusionnés certes, mais souriant et tellement rassurants !
J’aurais aimé les serrer tous les trois dans mes bras jusqu’à les étouffer tant j’étais heureuse en cet instant précis !
Sous les acclamations de la population, satisfaite de ne plus voir peser la menace de la pyramide volante sur Wati, nous sommes rentrés au temple de Pharasma où nous avons repris quelques forces avant de partir nous occuper de papy Hekmet.
A Téphu nous avons pu réunir les différentes parties de papy Hekmet afin de lui redonner forme humaine.
Un peu de repos aurait pu être agréable, mais nous avons préféré repartir rapidement pour trouver les tranchées aux esclaves et enfin se débarrasser du pharaon oublié !

Les tranchées aux esclaves
Grâce au char fantôme nous étions en quelques jours aux abords des tranchées.
Particulièrement impressionnantes, elles faisaient jusqu’à 15 mètres de profondeur par endroits et les nombreux obélisques les agrémentant, habités de créatures magiques, vibraient étrangement.
Suivant les indications soutirées à Chississek, nous sommes d’abord allés au nord en espérant trouver l’endroit où la magie des tranchées pourrait être réveillée.
Après plusieurs heures, nous avons trouvé un petit couloir creusé à même la pierre dans une des tranchées. Éclairée à intervalles réguliers par des petites lanternes, cette galerie semblait s’enfoncer sans fin dans la terre.
En avançant nous avons aperçu des hiéroglyphes au plafond indiquant « Seul l’élément de Seth peut annuler les lames de Râ ».
Flairant un piège, nous avons envoyé un serviteur invisible comme éclaireur. Grand bien nous en a pris car celui-ci se retrouva désagrégé par des rayons de lumière éblouissants émergeant en tous sens des murs !
Les fameuses lames de Râ….
110512_02d68_lumiere-rayon-vitesse_8.jpg
Réfléchissant à ce que pouvait être l’élément de Seth, nous avons songé que seules des ténèbres magiques pourraient nous permettre de traverser ce couloir.
Malheureusement, nul d’entre nous n’étant en mesure d’invoquer les ténèbres, nous avons été forcés de constater que nous n’avions aucune solution pour franchir cet obstacle et qu’il nous faudrait revenir mieux préparés.
Nous avons donc continué à explorer les tranchées en partant cette fois-ci vers le sud.
Bien vite j’ai remarqué un immense oiseau survolant les tranchées et s’approchant de plus en plus de notre position.
Prêts pour l’affrontement nous avons tout de même été très surpris lorsque Asriel, happé par la magie de l’oiseau, s’est mis à chuter en direction du ciel comme si la gravité pour lui était inversée.
Radoki, impressionné par la puissance et la magnificence du roc, nous a soufflé qu’il devait s’agir d’une monture de Hakotep.
Aigle_geant_img.jpg
A l’aide d’une invocation de papy Hekmet et des chants encourageant de Radoki, nous prenions peu à peu l’avantage lorsque le roc a décidé de prendre la fuite !
C’est alors que papy Hekmet s’est téléporté en direction de l’oiseau, suivi de près par Sen ! Restant un peu en arrière, Asriel, Radoki et moi nous sommes inquiétés de l’avenir de nos compagnons mais bien vite nous avons pu apercevoir l’oiseau chuter, sans en comprendre la raison.
Alors que nous courions rejoindre Sen et papy Hekmet, nous avons eu le plaisir de constater la mort de l’oiseau géant, achevé par Sen après avoir été arrêté en plein vol par une prison de glace invoquée par papy Hekmet.
La nuit tombant à toute vitesse, il fût alors temps de réfléchir à une stratégie pour la suite.

View
Plus dure sera la chute

flying_pyramid.jpg
Alors surgit devant nous un Sen maléfique
Avec une tête de chacal au regard cynique.
D’un seul homme le groupe le combattu
Tandis que l’assaillant fuit puis réapparu
S’acharnant sur Sen comme un beau diable
Avant de tomber sous nos coups impitoyables.

Surmontant ses émotions, le groupe rebroussa chemin
Afin de revenir à l’embranchement serpentin.
Qu’elle ne fût leur surprise d’être confronté soudain
Au malfaisant double d’Hekmet au crâne reptilien.

Là encore le groupe, dans l’action, s’illustra
Et le diabolique sosie ne connut que le trépas.

Anticipant l’apparition d’une félonne Sanya
Celle-ci utilisa son anneau et se camoufla.
Grand bien lui en a pris car à quelques encablures
Se trouvait son double qui longeait les murs.
Cette copie à la figure d’ibis semblait déboussolée
A chercher une cible qu’elle ne savait trouver.

La troupe la dépassa sans ralentir ni attaquer
Pour retourner jusqu’au vitrail qu’il lui fallait briser.
Asriel se chargea d’accomplir cette tâche
Qui sitôt achevée dissipa cette pesante menace.
gorgone.png
Le groupe pu reprendre son exploration des lieux
Et aboutie dans une salle à l’aspect curieux.
Il découvrir au milieu de fragments de statues
Une immense gorgone qui repoussa leur venue.
Hekmet, de par son regard, en pierre fût changé
Avant que dans la cohue son corps ne soit brisé.

Même s’ils n’étaient point mis en déroute
Le groupe cette fois succomba au doute.
Fallait-il continuer cette exploration mortelle
Alors que l’un d’entre eux manquait à l’appel ?
Les embuches dissimulées plus en avant
N’allaient-elles pas requérir l’aide du nécromant ?

Les héros d’un accord décidèrent de faire face
Pour au plus vite éradiquer la menace.
traqueur_invisible.jpg
Ils ne leur restaient désormais qu’une aile à explorer
Et tout portaient à croire qu’Isatemkhebet s’y trouvait.

À force d’errance et d’exploration alentour
Ils tombèrent sur une porte fermée à double tour,
Que notre Sanya elle-même peina à crocheter,
Synonyme de secrets qu’on ne voudrait levés.

La salle de contrôle du bâtiment volant,
Voilà ce qu’ils avaient découvert à présent.
Et même si de toute présence, cette pièce semblait vide
Ils purent y déceler des traqueurs invisibles.
N’ayant pas le soutient de leur nécromancien
Le groupe choisi le repli d’un accord commun.
isatemkhebet.jpg
Après avoir encore arpenté l’édifice
Ils trouvèrent la source de tous leurs supplices.
Une immense salle comprenant un plan d’eau
Accueillait deux harpies et aussi un tombeau.
Isatemkhebet sorti de ce sarcophage
Tandis que ces gardes nous assaillaient avec rage.
Surgissant du bassin, en plus de tout cela,
Un élémentaire se rajouta au combat.

Sen et Asriel les combattirent vaillamment
Tandis que votre conteur les couvrait de ses chants.
La bataille qui suivi fût si âpre pour le groupe
Que Sanya dû fuir en abandonnant les troupes.
Et quand le coup fatal finalement tombait
Ils virent qu’Isatemkhebet, un mur porteur était.

La tombe chuta donc sur la ville en contrebas
Dans un grondement sourd et l’obscurité tomba.
fallen_city.jpg

View
La pyramide du soleil à cinq branches

FlyingPyramid.png

Les Voyageurs d’Outre-Tombe se préparaient à partir à l’assaut de la pyramide. Tentant de gagner le plus de temps possible pour se reposer avant de pénétrer chez le général Isatemkhebet, ils attendirent le lendemain mais dans la soirée de nouvelles vagues d’énergie noire ravagèrent un quartier de la ville.
Le groupe s’approcha prestement pour se téléporter à l’entrée de la tombe volante. Ils furent accueillis par quatre voix du soleil à cinq branches, des harpies momifiées qui leur ordonnèrent de retirer tous leurs biens pour prouver leur humilité face au général. Les aventuriers discutèrent longuement de la marche à suivre jusqu’à ce que les momies, lasses, attaquent les assaillants. Le combat contre les mort-vivants volants fut difficiles mais les voyageurs furent victorieux. Ils ramassèrent sur les cadavres des clés en forme de croc de la taille d’une dague.
Le groupe s’aventura alors dans les profondeurs de la pyramide. Quelques pas à peine dans le couloir, Sanya détecta un piège qu’elle désamorça sans trop de mal. Les aventuriers continuèrent leur exploration pour faire d’abord face à une porte illusoire sans déclencher le piège associé puis trouvèrent un petit passage débouchant sur une pièce dédiée à l’exposition d’une statue représentant une magnifique et charismatique femme. Arpentant de nouveau les couloirs, les voyageurs firent face à une arche en forme de mâchoire ophidienne où manquait 3 dents, s’ouvrant sur un dédale de couloir sinueux. Après quelques manipulations, le groupe compris que les dents permettaient de révéler différent passage. Ils en choisirent un et s’avancèrent toujours plus profond dans la tombe. Deux portes se firent face de chaque coté du couloir continuant dans l’obscurité. La première menait à un sarcophage caché entre quatre murs. Heckmet s’envola pour voir par dessus et lu une inscription qui déclencha un piège. Le sol devint éthéré et même si la plupart des aventuriers arrivèrent à s’accrocher pour ne pas tomber, Sanya chut dans une fosse, tombant sur un corps spongieux et acide avant que le plafond reprenne sa solidité. Sen se téléporta pour face face avec la roublarde à un pudding noir, une vase gigantesque qu’ils abattirent sans mal. La seconde porte mena à une mosaïque rayonnante magnifique, soignant ceux qui s’en approchent. Heckmet y détecta quand même une version modifiée d’un miroir d’opposition, un objet créant des clones de ceux qui s’y regardent. Les voyageurs s’attendirent donc à rencontrer leur jumeaux maléfiques.
Plus loin le couloir principal s’ouvrit sur un ciel gigantesque, traversé par un pont rejoignant l’entrée d’un second couloir, en face du premier. Le groupe compris rapidement que tout n’était qu’illusion et Heckmet convoqua une petite meute de chien qui traversèrent le pont sans encombre. Les aventuriers traversèrent à leur suite pour trouver une nouvelle porte ainsi qu’une statue dont le visage était identique à celui du masque du pharaon oublié. En s’approchant de la porte la statue parla et maudit le groupe. Sanya et Radoki furent marqués du symbole d’Hakotep en lettres sanglantes sur leur front, sans autre effet néfaste. La porte donnait sur une grande salle peuplée de statue de pierre sans visage. Leur position laissait croire qu’ils fuyaient du regard un mal inconnu. Un hiéroglyphe sur un mur d’argile représentait la famille Sekpatra, des opposants au couronnement du pharaon des cieux. Derrière ce mur, les voyageurs découvrirent un trésor de grande valeur.

Alors qu’ils allaient repartir en arrière, un clone de Sen apparu soudainement et les attaqua.

View
Dernières ruines avant la fin du monde

symetry_garden.jpg

Les Jardins de la Symétrie

Après leurs échecs répétés, les aventuriers décidèrent de parcourir le désert à la découverte des lieux dont ils avaient entendu parler afin de récupérer des trésors. Ainsi, ils espéraient pouvoir s’acheter un meilleur équipement pour retourner se confronter aux ennemis qui avaient pris possession du Sphinx.

Ils décidèrent d’aller d’abord vers les Jardins de la Symétrie en faisant un petit crochet par une Obélisque qui était très probablement une ancienne balise de protection de frontière. Au pied de l’Obélisque se trouvait un cadavre calciné. Sen, ne flairant pas le danger, décida de toucher l’Obélisque et un puissant éclair le frappa et ricocha sur ses alliés. Par chance, Hekmet avait anticipé la situation car il avait deviné le rôle de ce lieu, et ils étaient tous protégés contre les dégâts de foudre.

Ne trouvant rien de valeur sur les lieux, les aventuriers purent partir.

Arrivés aux Jardins, ils purent remarquer que le lieu était en ruine. Ce qui jadis devait être un somptueux jardin n’était plus qu’un tas de pierres dans le désert. Toutefois, ces pierres étaient agencées d’une façon particulière, traçant des formes géométriques au sol. Non loin de là, ils repérèrent ce qui semblait être l’entrée d’une caverne souterraine. Puis, rapidement, ils remarquèrent la présence d’une statue d’argile au centre de l’édifice et quand ils s’approchèrent encore, cette statue s’anima et s’avança vers eux de manière belliqueuse ! Très probablement le gardien des lieux !

Les aventuriers se dirent que le vaincre ne serait qu’une formalité mais à peine le combat avait-il commencé qu’un dragon bleu surgit d’une tanière située à quelques mètres et les foudroya !
Le golem s’attaqua à Asriel et Sanya et quand le paladin tenta de soigner ces blessures, il se rendit compte qu’il ne le pouvait pas ! Une étrange magie empêchait les plaies des 2 amoureux de se refermer !

Hekmet neutralisa le dragon dans une prison ce glace pendant que les aventuriers achevaient le golem.

Ils se rendirent ensuite dans la tanière du dragon où ils découvrirent de nombreux trésors, dont un coffre piégé rempli d’or, mais que Sanya réussit à désamorcer.

Satisfaits de leur butin, ils décidèrent de faire route vers le Temple de Sarenrae. Le voyage dura près de 4 heures en char fantôme mais se déroula sans encombre.

Le Temple de Sarenrae

Arrivés sur place, ils furent très surpris de tomber sur un homme qui, remarquant leur présence, les attendait sur le pas de l’entrée du temple.
D’une voix altière et impérieuse, il leur annonça qu’il s’appelait Zaïd Faad, qu’il était un explorateur, spécialiste des vieux temples, mais qu’il ne pouvait pas les laisser entrer car il était en train d’étudier les lieux et il ne souhaitait pas qu’ils dérangent ses travaux. Il leur indiqua qu’il quitterait les lieux très probablement dans une dizaine de jours, une fois ses recherches terminées.

Les aventuriers étaient déçus, ils passaient peut-être à côté d’autres trésors, et ils proposèrent leur aide mais l’homme leur expliqua qu’il n’y a rien rien de valeur dans le bâtiment et que c’était surtout pour sa valeur historique qu’il était là. Ils lui demandèrent s’ils pouvaient rester dormir à proximité mais il n’y était pas favorable. Radoki tenta alors un ultime coup de bluff en lui parlant de Mumminofrah qui les envoyait en mission mais l’homme ne fut pas convaincu. Il commença même à s’énerver et leur répondit avec condescendance que s’ils tentaient d’entrer dans le temple, il n’hésiterait pas à se défendre, ce qu’Asriel comprenait. L’homme n’était pas hostile, il était arrivé avant eux, et si les aventuriers avaient été dans la même situation, ils auraient réagi de la même façon. Le paladin vérifia quand même discrètement l’alignement de l’homme pendant que ce dernier répondait au barde : il n’était pas mauvais, raison de plus pour le laisser tranquille.
Sen trépignait sur place. Il invoqua au groupe leur véritable mission, sauver le monde. Et cela ne pourrait se faire que s’ils étaient assez puissant et ce bâtiment recelait peut-être un trésor qui leur serait utile. Personne ne l’avait oublié, mais cet homme n’était pas mauvais et son attitude était légitime. Sen ne voulait pas tenir compte de la menace de l’homme et voulait entrer dans le bâtiment tout de suite alors que Sanya proposa d’au moins attendre la nuit pour être plus discrets.
Asriel insista : s’ils entraient dans le bâtiment, ce serait une provocation, car l’homme se défendrait en les attaquant et ils seraient obligé de le neutraliser, voire pire, le tuer, pour continuer d’explorer.

Sen demanda alors à devenir invisible et volant pour pouvoir fouiller discrètement le bâtiment. Le groupe s’éloigna du bâtiment et se tint prêt à réagir dès le retour. Asriel soupira de dépit quand il vit son compagnon d’arme se téléporter dans le bâtiment.

Moins d’une minute plus tard, le moine réapparu parmi eux, sérieusement blessé ! Il fut rapidement soigné et les aventuriers partirent en vitesse sur le char fantôme, direction le camp des Maftets.
Pendant le trajet, le moine leur expliqua que l’homme avait tout de suite remarqué sa présence, ce qui signifiait qu’il voyait les invisibles ! L’homme était entré dans une rage folle et avait intimé l’ordre au moine de s’en aller puis avait tenté de lui lancer un sort dessus mais n’avait pas réussi !
Le moine avait alors voleté rapidement dans la pièce pour essayer de remarquer quelque chose d’intéressant, faisant s’envoler par la même toutes les recherches qui était disposées au sol par l’explorateur. Cela énerva d’autant plus ce dernier et quand Sen remarqua un compartiment scellé par un cadenas qu’il tenta de détruire sans hésiter, l’homme n’hésita plus et se jeta sur le moine pour l’attaquer.

Asriel interrompit le récit du moine : « c’est limite du vol ce que tu as fait, c’est à l’encontre de notre ligne de conduite et de la charte, il faut faire attention. Je conçois ta frustration qui est aussi la mienne mais cet homme n’a rien fait de mal».

Sen reprit ensuite son récit. Comme l’homme lançait des attaques de regard, le moine ferma les yeux. C’est alors que l’homme le mordit violemment 3 fois. Le moins sentit même la mâchoire de son assaillant claquer 2 fois de plus près de lui, mais sans l’atteindre. Il se demanda par quelle sorcellerie l’homme pouvait l’attaquer aussi rapidement, et ne voulant l’affronter seul, il se téléporta près du groupe.

Radoki et Hekmet analysèrent les morsures du moine, leur verdict fut sans appel : c’était des marques de Naga Royal ! Ce qui fit immédiatement sens aux 2 érudits : les nagas royaux hantent les cités perdues et les royaumes oubliés. Ils sont naturellement sociables mais ne font pas confiance aux étrangers et le ton impérieux que l’homme utilisait est une chose courante chez les gens se sont espèce. Enfin et surtout, les nagas royaux sont capable de changer de forme ! Ils peuvent se faire passer pour des humains mais en fait, il s’agit de créatures au corps de serpent à 5 têtes, d’où les 5 morsures !

Les aventuriers arrivèrent sains et saufs chez les Maftets et passèrent la nuit sans encombre.

La mort venue du ciel

Le lendemain matin, Asriel fut contacté magiquement par Ptemenib ! La voix était paniquée et disait « Wati est attaquée ! Une pyramide volante émettant des rayons d’ombres et vomissant des morts-vivants volants plane au dessus de la ville et réclame votre sacrifice ! Venez nous aider ! ».
Asriel répondit « Bougez-pas, on arrive » sous les exclamations de Sen et Radoki qui n’étaient pas d’accord ! Mais dans l’idée, Asriel voulait bluffer, faire croire qu’ils étaient en chemin alors qu’en fait ils allaient aller dans les Tranchées au Esclaves pour activer l’arme des Shory.
Toutefois, le groupe décida d’aller quand même d’aller voir la situation à Wati avant de prendre une décision. La pyramide était bien là, des flux d’énergie en sortait mais les aventuriers ne remarquèrent aucune créature volante autour. A son sommet, on pouvait observer une boule d’énergie lumineuse.
Sur un des flancs de la pyramide était gravé un cartouche géant contenant un soleil à 5 branches.
Tout cela ne correspondait pas à la description de la pyramide d’Hakotep.

pyramide_volante.jpg

Le groupe décida finalement d’aller quand même voir Ptemenib et Sebti au Temple de Pharasma pour prendre la température. Tout le monde semblait soulagé de les voir arriver aussi vite !
On leur fit un rapide point de la situation : la pyramide avait attaqué sans sommation et plusieurs dizaines de personnes étaient mortes lors de la première attaque. Une douzaine de bâtiments avaient été détruits au sud de la ville. Puis, un général mort-vivant du nom de Isatemkhaebet était arrivé au temple et avait menacé de détruire la ville petit à petit tant que les « voleurs du masque du Pharaon » ne leur étaient pas livrés.
L’attaque initiale a été relativement traumatisante et la vue de cette pyramide blanche arrachée de terre au dessus de la ville inspire la terreur chez les habitants. Plus d’une centaine d’habitants ont quitté la ville ou se préparent à le faire. Beaucoup attendent de voir ce qu’il va se passer, persuadés que le Tempe de Pharasma et les Voyageurs d’Outretombe sauront régler le problème.

Les aventuriers firent le point.
Sen pendant que c’était un mauvais plan d’aller dans la pyramide car ils étaient forcément attendus. Il rajouta que dans les Tranchées au Esclaves se trouvait l’arme pour lutter contre les cités volantes et que c’était normalement leur prochain objectif. Il était donc naturel pour lui d’aller là pas pour tenter de faire descendre cette pyramide.

C’était aussi l’idée première d’Asriel mais le paladin avait changé d’avis en observant la situation. Ils ne savaient pas précisément où se situaient les Tranchées et encore moins le Khepsutanem. Il leur faudrait probablement plusieurs jours, voire semaines pour réussir à activer l’arme des Shory, et cela ne serait pas une partie de plaisir : comment allait-il faire s’ils avaient besoin de faire des pauses à cause de combats particulièrement difficiles ?
De plus, le paladin ne pouvait pas se résoudre à laisser des innocents mourir jour après jour pendant qu’eux seraient en train de galérer dans le désert.

Hekmet était du même avis, ils ne pouvaient pas ne pas partir à l’assaut de la pyramide. Malgré son caractère détaché, le nécromancien avait du mal à voir Wati détruite à cause de son inaction. Son idée est de bien évidemment se préparer avant d’y aller.

Sen insista : « C’est triste pour Wati mais on ne gagne rien à aller dans cette pyramide. Ils nous attendent, nous on ne sait rien d’eux ni de ce qu’il y a dans la pyramide (combien ils sont, quels sont leurs capacités, système de défense…)
Ca me parait suicidaire vu comme on s’est déjà fait massacrer un certain nombre de fois. Il suffit que, comme tout le monde, ils connaissent nos forces et capacités pour nous qu’ils aient prévu de quoi nous piéger facilement. »
Ce à quoi le paladin répondit que de toute façon, même s’ils arrivaient à faire descendre la pyramide grâce à l’arme des Shory, ils seraient attendus de la même manière, voire pire car là, leurs ennemis sauraient qu’ils sont là.

Sanya suggéra de faire des recherches particulières pour en apprendre plus sur leurs ennemis et mieux se préparer avant de défendre la ville, ce qui paraissait évident au nécromancien et au paladin qui ne comptaient pas foncer tête baissée !

Radoki ne voyait pas de bonne solution. Il s’avait que s’ils partaient à la recherche des Tranchées aux Esclaves, cela leur prendrait des jours, voire des semaines, mais il n’aimait pas se jeter délibérément dans un piège et il craignait que la pyramide ne finisse par s’écraser sur la ville.

Sanya, qui semblait finalement partante pour attaquer la pyramide, suggéra qu’on pouvait demander de l’aide à Shardizah. Le barde appuya cette idée en ajoutant que si la pyramide a bombardé la ville à l’aide d’énergie négative il est probable que les défenses internes utilisent aussi l’énergie négative. Il faudrait donc aussi s’en protéger.

Les aventuriers commencèrent alors à élaborer un plan d’attaque. Il leur faudrait d’abord savoir comment se rendre dans la pyramide ? En volant ? Avec l’aide de la dragonne ? En se téléportant. Et surtout, il leur fallait un plan de fuite si les choses tournaient mal.
Et que signifiait ce cartouche ? Avaient-ils le temps de faire quelques recherches sur les envahisseurs avant de s’envoler pour la pyramide ?

Sanya se dirigea sur le balcon pour observer la forteresse volante. Asriel la suivit et la prit par les épaules. Il remarqua sur son cou la blessure qu’il lui avait faite sous l’effet de la confusion dans le Sphinx et grimaça en repensant à ce douloureux souvenir. Très bientôt, ils partiraient ensemble à l’attaque de la pyramide et peut-être qu’ils périraient dans ce dernier acte héroïque qui visait à protéger Osirion.
Mais qu’ils s’en sortent victorieux ou qu’ils y laissent la vie, au moins, ils le feraient ensemble.

View
Jamais, on n’a vu marcher ensemble la gloire et le repos.

C’est tout naturellement que le barde réussit miraculeusement à rester en vie face à ce fourbe de Maftet. Notre sacré Paladin pu le sauver in extremis de la mort grâce à ses dons divins, et Radoki utilisa son pouvoir de disparition pour s’extraire de la mêlée en rampant.

Malheureusement c’était également un pouvoir de Maftet ! Sen, subissant une nouvelle fois une attaque de Bodak, n’arriva pas à le faucher avant qu’il ne s’enfuit…

Un second cultiste ailé d’Areshkaghâl essaya de nous anéantir, mais nous avons pu l’abattre sans qu’il nous fasse bien mal.

Cependant, le fuyard fut probablement bien triste lorsqu’un nuage de particules dorées recouvra son corps et le rendit observable de tous ! Et c’est probablement pourquoi il déclencha l’ouverture de deux sarcophages Bodak restant…

Le combat s’annonçait insurmontable, à mon grand regret nous avons dû fuir à notre tour vers la forêt d’os pour nous reposer. Je fus le dernier à partir en laissant mes invocations ralentir ces créatures abjectes.
Notre repos se passait bien quand Sen entendit d’étranges cris d’oiseaux venant du ciel.

Averti, je pu reconnaître quelques mots en Abyssal, et c’est à ce moment que nous avons compris que ces oiseaux avaient entamées un rituel au-dessus de nos têtes.

Nous nous sommes donc préparés au combat, mais ces viles créatures abattirent une vague d’énergie terriblement puissante sur toute la forêt ! Peu d’entre nous réussirent à esquiver cette vague qui avait rasé la forêt et, sentant la bataille en notre défaveur, nous nous sommes retrancher dans le sphinx en entrant par l’atelier où la Banshee m’avait massacré.

Nous nous pensions en sécurité mais ces piafs de malheur entamèrent un nouveau rituel ! Flairant la mauvaise situation dans laquelle nous nous trouvions, nous avons une nouvelle fois pris la fuite.

Cette fois-ci, direction la salle de la forge du sphinx ! Deux spectres se trouvaient là mais nous réussîmes à les exterminer rapidement, juste avant que les charognards ne reviennent.

Radoki les identifia d’ailleurs comme des Vrocks, horrible croisement démoniaque entre un homme et un vautour gigantesque.

vrock-jr.png

De nouveaux Spectre et des Maftets se joignirent à la bataille, mais nous avons finalement pu les tuer ou les faire fuir un grâce à mon mauvais œil.

Exténué, je fini par préparer une téléportation pour nous extirper de cet endroit maléfique que je compte bien purifier.

View
Récupération du corps de Chissisek & rencontre avec les cultistes d'Areshkaghâl

Un peu éreintés par cette bataille contre les cultistes et ayant peur d’une attaque imminente de la part des maftets, nous avons décidé de prendre les devants en allant observer ces derniers.
Papy Hekmet a donc rendu Sen invisible pour qu’il puisse essayer de les repérer pendant que nous remontions nous mettre à l’abri dans la salle du sarcophage.
Peu après notre arrivée à l’étage, Sen nous a rejoint en se téléportant. Il nous a appris que plusieurs ennemis semblaient nous attendre en bas, prêts à engager le combat à la moindre occasion. Nous avons donc préféré fuir afin de mettre le sarcophage de Chissisek à l’abri, le problème des maftets corrompus n’étant pas notre priorité.
Sortant par notre trou dans le mur, nous avons hissé le sarcophage sur le char fantôme et pris la direction du camps des maftets pour y passer la nuit avant de rapporter le corps de l’architecte à Tetisurah, la gardienne gynosphinx, qui nous l’avait demandé.
Juste avant d’arriver au temple où nous devions ramener le sarcophage, nous avons communiqué avec Chissisek, profitant de ce court instant pour lui poser plusieurs questions sur le tombeau du pharaon et sur l’arme qu’il avait construite pour lui.
dd20bcd25eeee2526fe4fe0216bc14f6.jpg
Malheureusement nous n’avons pas appris où se trouve le temple volant car l’architecte lui-même ne connaît pas sa trajectoire. Cependant, il nous a bien aidés en nous expliquant comment le faire redescendre sur terre afin d’y entrer.
La procédure semble complexe car pour cela nous devons utiliser son arme, le kepsutatanem, qui se trouve dans les tranchées aux esclaves, un coin reclus et peu exploré au sud-ouest du désert.
Jusque là les choses me semblaient faisables mais lorsque l’architecte a commencé à nous expliquer comment activer l’arme j’ai compris l’ampleur de la tâche qui nous attend !
En effet il nous faudra non seulement explorer les tranchées mais aussi trouver les onze obélisques les plus imposants, chacun à l’effigie d’un Dieu. Ensuite, il nous faudra les activer en les aspergeant d’eau bénite ou maudite, et ce, dans un certain ordre et durant la même matinée. ebaaa25387886eb370d1071c95becfbd.jpg
Après avoir noté toutes ces Informations soutirées à Chisisek nous nous sommes dirigés vers la vallée afin de ramener le sarcophage dans son tombeau initial.
Tétisurah s’est montrée très heureuse et nous a accueillis d’un grand sourire.
18600511_10212812725930589_1013519261_n.jpg
J’aurais aimé lui parler un peu plus, lui demander ce qu’elle avait voulu insinuer lors de notre dernière rencontre, ce qu’il me faudrait pardonner… Mais nous n’étions pas seules.

Estimant que nous pouvions attendre un peu avant d’explorer les tranchées aux esclaves, nous avons passé une demi journée à Wati puis nous nous sommes téléportés devant le temple d’Areshkaghâl.
Arrivés face à deux maftets nous avons été surpris de voir à quel point ils étaient différents de ceux que nous connaissons ! Leurs plumes étaient couvertes de sang et leur jambes peintes en bleu.
18579068_10212812885374575_1297029195_n.jpg
Etant invisibles grâce à un sort de papy Hekmet, nous avons profité de l’effet de surprise pour entamer un combat qui s’est tout de même révélé assez complexe puisque les maftets ne se laissaient pas surprendre facilement et qu’ils pouvaient voler et se rendre invisibles.
Heureusement après plusieurs échanges de coups, papy Hekmet a pu en faire suffoquer un et Asriel a achevé le deuxième.
Sur leurs corps nous avons trouvé des symboles religieux d’Areshkaghâl… J’ai compris alors qu’ils vénéraient la même déesse que moi et regretté aussitôt que nous ayons été contraints de les tuer !
Areshkagal.png
J’ai donc glissé un emblème dans ma poche, me promettant à moi-même de tenter de créer un lien avec les prochains que nous croiserions plutôt que de directement entamer une lutte.
Avançant plus en avant dans le temple, nous sommes partis explorer une immense salle au nord. Il y avait une grande arche au bout, des pierres au sol ornées de sceaux des dieux et d’ibis ainsi que six alcôves. Dans les alcôves nous avons été étonnés de voir des cercueils dressés mais plus encore de constater que de la fumée sortait de leurs yeux !
Radoki et papy Hekmet, humant la fumée, nous ont dit qu’il se trouvait peut-être dans chaque cercueil un bodak, étrange créature mort-vivante dont il ne fallait surtout pas croiser le regard !
Alors nous nous sommes approchés lentement, avec méfiance, et tout à coup un des sarcophages s’est ouvert ! d268a2542f160036163ed0046ee09d23.jpg
J’ai détourné la tête mais malheureusement cette créature a fixé ses yeux dans les miens et j’ai senti une froide décharge dans tout mon corps.
Complètement affaiblie par cette confrontation j’ai fermé les yeux et reculé peu à peu en direction du chant de Radoki afin de pouvoir trouver un abri.
En arrivant tout près de lui j’ai entendu un bruissement d’ailes mais avant que je puisse le prévenir un maftet jusque là invisible sombrait sur lui !

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.