Le Masque de la Momie

La cité des hommes roseaux

PublicLibrary_v2.jpg

La bibliothèque privée

Après avoir parcouru la partie publique de la bibliothèque de Téphu, les voyageurs d’outretombe comprirent qu’elle ne contenait aucune information intéressante pour eux et conclurent qu’ils iraient continuer leur recherches dans les parties privées. Après une nuit passée à l’auberge des Vents du Désert, les aventuriers se séparèrent. Pendant qu’Heckmet et Radoki partaient à la découverte des connaissances sibyllines de la grande bibliothèque, Asriel, Sanya et Sen tentèrent d’obtenir une audience auprès de l’Haty-a Deka An-Keret. Ils rencontrèrent au sanctuaire de Nethys une prêtresse intendante du nom de Deaconess qui leur conseilla de finir leur recherche dans la partie privée des archives avant de requérir une entrevue avec le gouverneur de la ville. Devant l’infructuosité de leur démarche, ils rejoignirent leurs compagnons.
PrivateLibrary_2.jpg
Après trois jours de recherche dans la partie privée de la grande bibliothèque de Téphu, voici les informations que le groupe récupéra.
Sur un papyrus datant du second age d’Osirion (il y a plus de 6.000 ans), ils découvrirent des histoires traitant du pharaon oublié, racontant qu’il chevauchait les étoiles, probablement ce qui lui donna son surnom de “Pharaon des cieux”. Une illustration le montrait debout sur une estrade dans un temple de cristal traversant le ciel étoilé. Cela rappela au barde d’anciennes légendes sur un peuple désormais éteint, les Shouris. Leur empire qui déclina il y’a déjà 10.000 ans voyageait à l’aide de cités volantes produites grâce à leurs extraordinaires connaissances arcaniques.
Un codex leur appris également que ce parchemin était une copie dont l’original faisait parti de la collection personnelle d’Hakotep se trouvant actuellement dans les archives spiralées, un sanctuaire intérieur situé dans la partie privée de la bibliothèque mais nécessitant une autorisation pour y pénétrer.
Enfin, ils obtinrent des informations sur les méthodes d’embaumement de l’époque du pharaon oublié, mais rien de véritablement intéressant.
Le jour suivant, le groupe alla réitérer sa demande auprès de l’Haty-a. Les voyageurs demandèrent un accès aux archives spriralées pour obtenir plus d’information sur Hakotep, notamment le reste de la collection de parchemin. Revenant le lendemain, la prêtresse s’excusa en leur présentant un refus d’audience, mais leur conseilla d’insister en ajoutant des arguments prouvant l’importance de leur requête. Les aventuriers évoquèrent alors les problèmes liés à la nécropole de Wati, ce qui sembla convaincre grandement l’intendante qui leur promis de soumettre à nouveau leur demande au gouverneur.
Deka.jpgLa matinée suivante, la prêtresse leur appris avec joie que Deka An-Keret acceptait enfin de les recevoir. Cette joie fut de courte durée puisque le gouverneur se montra méprisant et ne leur autorisa pas l’accès, ne prenant même pas le temps de les écouter. L’audience pris fin lorsque celui qui apparu comme laquais de Muminofrah, une noble proche du Prince de Rubis, vint quérir la présence de l’Haty-a sur ordre de sa maîtresse. Le groupe profita du coursier pour se renseigner sur cette personne de la haute noblesse, y voyant une potentielle alliée pouvant leur permettre d’accéder au sanctuaire intérieur.

L’éventeuse du Prince de Rubis

Les voyageurs se dirigèrent donc vers la barge privée de Muminoffrah. Sur la route ils achetèrent un bijou d’or et de rubis comme présent pour espérer obtenir une audience auprès de la noble. Le groupe n’eut aucun mal pour passer les gardes rejetant les badauds, et prit place dans la file venant admirer et tenter de s’attirer les faveurs de la femme plantureuse.
muminofrah.jpg
Vint le tour des voyageurs et Radoki déclama avec talent et en chanson leur requête. Muminoffrah sembla apprécier grandement sa prestation et fit signe à Asriel de lui apporter le cadeau puis l’invita sur un clin d’œil à participer avec ses compagnons à un dîner qu’elle organisait plus tard dans la soirée. Les aventuriers s’apprêtèrent alors pour cet événement festif et se présentèrent à l’heure convenue. C’était un petit rassemblement de noble autour d’un banquet très généreux et l’éventeuse du Prince de Rubis n’attendit pas longtemps avant de faire monter sur son estrade Asriel, le priant de bien vouloir la divertir. Le paladin joua de ses atouts physiques sous l’œil lointain mais vigilant de la jeune Sanya, mais Muminoffrah bailla et se lassa vite du combattant. Elle le congédia et appela à sa suite Radoki, qui repris ses représentations pour son bon plaisir et lui conta une partie de leur aventure en glissant au passage la raison de leur venue à Tephu : L’accès au sanctuaire intérieur des archives spiralées. Il fut surpris quand elle accepta sans même poser de question et appela Deka qui venait tout juste d’arriver à les rejoindre. Elle demanda au gouverneur d’accorder aux voyageurs trois jours d’accès aux archives et l’Haty-a s’exécuta sur le champ en demandant à un de ses scribes de rédiger une autorisation en bonne et due forme qu’il remis au barde. Les aventuriers profitèrent de la fin du dîner, heureux de pouvoir enfin reprendre leurs recherches.

Les archives spiralées

InnerSanctum_v3_1.jpg
Le lendemain, les voyageurs se présentèrent à l’entrée des archives. Les sentinelles les mirent en garde. Elles n’étaient que très peu fréquentée (et d’ailleurs actuellement vide de chercheur) et la concentration de savoir en ces lieux pouvait avoir eu des répercussions étranges sur les archivistes gardant le sanctuaire. Ne perdant pas de vue leur but, les aventuriers pénétrèrent dans les archives spiralées. Peu de temps après, ils croisèrent un monstre, un Daemon simiesque avançant tranquillement vers le groupe se préparant alors au pire. La créature les salua et se présenta comme gardien du sanctuaire intérieur. Il leur demanda leur autorisation et leur indiqua le chemin vers les archives avant de retourner vers ce qui devait être ses quartiers. Les voyageurs reprirent leur chemin et entrèrent dans une salle de lecture, étrangement occupée par une femme plongée dans ses recherches et ne souhaitant pas être dérangée. Le groupe avança plus profondément dans le sanctuaire pour se retrouver face à une quantité impressionnante d’ouvrage contenue dans de grandes étagères réliées par des ponts de parchemins traités magiquement pour supporter la charge des chercheurs. La bibliothèque s’enfonçait également profondément en souterrain via un escalier submergé par les antiques documents. Les voyageurs se rendirent vite compte que la plupart des livres étaient écrits en ancien Osirien, langue que seul Hekmet maîtrisait. Fait étrange, il semblait que les ouvrages étaient mal classés, comme si quelqu’un les avait soit consulté récemment, soit volontairement dispersé. Les recherches furent malheureusement infructueuses pour cette journée et c’est attristé que le groupe quitta ces lieux. Ils touchèrent tout de même quelques mots aux gardiens du sanctuaire à propos de l’étrange femme qu’ils avaient croisé, ce qui les intrigua.
medusa.jpgLe lendemain les archivistes leur appris que l’intruse était en faite une redoutable méduse et pour les remercier de leur aide, ils leur accordèrent les entrées libres de frais dans le sanctuaire en plus d’une jolie somme d’argent. Malgré la réalité du danger rodant dans le sanctuaire, les voyageurs reprirent leurs recherches qui furent encore une fois un échec ce jour ainsi que le suivant.

La course de char

Les aventuriers étaient dans l’impasse. Ils n’arrivaient pas à franchir la barrière de la langue, et seul Heckmet pouvait espérer atteindre le savoir que recelait les ouvrages. Mais le temps jouait contre eux et ils n’avaient désormais plus accès aux archives spiralées. Alors qu’ils cherchaient une solution, un laquais de la noble Muminnofrah vint les avertir qu’elle organisait une course de char et qu’elle serait enchantée d’y voir participer Asriel et ses compagnons. Une belle occasion d’étendre leur accès à la bibliothèque.

View
Sables Mouvants

Introduction au troisième acte de la campagne

Les Voyageurs d’Outre Tombe sont entrés en possession d’un puissant artefact, le Masque du Pharaon Oublié, et ont également appris l’existence d’un mystérieux Culte du Pharaon Oublié, qui recherche activement le masque pour semble-t-il ressusciter le Pharaon des Cieux… Et les aventuriers ont pu se rendre compte de la puissance de l’artefact entre de mauvaises mains…

Bien que les Voyageurs aient vaincu les membres du Culte à Wati, ils sont maintenant pleinement conscients que ses ambitions ne seront pas contrecarrées aussi facilement, et que les aventuriers étant maintenant en possession du masque, ils seront vraisemblablement à nouveau la cible du culte tôt ou tard.

Très peu d’information sur Hakotep, Le Masque du Pharaon Oublié , ou Le Culte du Pharaon Oublié est disponible à Wati, mais la ville voisine de Tephu est l’hôte de La Grande Bibliothèque, le plus important centre de connaissance de la région voir de tout Osirion. Si des informations peuvent être trouvées, La Grande Bibliothèque de Tephu est l’endroit où chercher.

Tephu se situe en aval de Wati au nord-ouest, à quelques heures de bateau à travers la rivière du Sphinx. Comme la plupart des citées de ses rives, Tephu est chaude, poussiéreuse et fourmille perpétuellement d’activité. Ses rues sont noires de colporteurs, bien connus pour leur entêtement, leurs escroqueries à deux sous, et leur incapacité à entendre le mot “non”.

Les Voyageurs sont immergés dans ce monde dès qu’il descendent du ferry -on leur propose de tout : de l’émincé salé d’agneau, des citrons, olives, thé à la menthe, tapis (certains que les vendeurs prétendent être “magiques”), peaux de chameau, articles en cuir, narguilés, casseroles et poêles, et même des chameaux ou des danseuses et danseurs.

Après s’être frayé un chemin à travers les vendeurs, crieurs et colporteurs, et réservé une auberge, les Voyageurs d’Outre Tombe découvrent La Grande Bibliothèque de Tephu.

L’imposante façade du bâtiment n’abrite que le Sanctuaire Extérieur, de La Grande Bibliothèque, la partie publique de la bibliothèque, qui abrite une collection magnifique de cartes et de travaux modernes sur Osirion et son histoire. Des sages, érudits, académiques et scribes du monde entier sont des visiteurs fréquents des collections du Sanctuaire Extérieur.
En contraste, Le Sanctuaire Intérieur de La Grande Bibliothèque, divisé en plusieurs petites bibliothèques, constitue l’essence même de Tephu. Sa majeure partie est caché en dessous où à l’intérieur des bâtiments et fondations de la ville, et l’accès à ces collections restreintes est étroitement controllée.

View
Le dragon d'ombre et la ville aux merveilles

dragon.jpgLes aventuriers passent quelques heures à échafauder un plan pour vaincre le dragon umbral. Leur principale difficulté est que le dragon est très prudent (il ne se pose que rarement au sol) et il possède un souffle très large qui peut les terrasser très rapidement. En cherchant des informations, ils apprennent que le dragon peut devenir invisible !

Ils décident qu’ils compteront sur la force et l’agilité de Sen pour saisir le dragon, mais cela ne pourrase faire que s’il est sous l’effet d’un sort de vol et un sort d’agrandissement, ce dont Hekmet se chargera.

Au petit matin, les aventuriers constitue un faux tas de richesses pour appâter le dragon et c’est Sen qui est chargé de l’apporter dans la Nécropole. Rapidement, il est perdu de vue par ses camarades, Shardizah et Ptemenib qui restent à l’entrée.

Quelques minutes plus tard, ils voient Sen revenir en courant, pourchassé par le dragon qui crie « ON NE SE MOQUE PAS DE KALO ! ». Shardizah s’élève dans le ciel et fonce vers le dragon pour engager le combat mais elle se fait violemment blesser et fuit pour aller se faire soigner par Ptemenib resté plus en retrait.

Sous l’effet d’un sort de rapidité lancé par le vieux nécromancien, toute la troupe s’élance pour rejoindre Sen et participer au combat ! Conformément au plan, Hekmet agrandit Sen et lui donne la capacité de voler, sous les acclamations et chants de Radoki qui encourage le groupe ! Sanya tente une approche pour prendre le dragon par surprise si Sen arrive à le ramener au sol, mais le moine éprouve quelques difficultés. Asriel tente quant à lui de blesser le dragon à distance avec son arc récemment obtenu et prodigue quelques soins à ses camarades quand ils en ont besoin.

Soudain, Kalo devient invisible et comme les aventuriers ont anticipé la manœuvre, Shardizah lance un sort de poussière scintillante qui le fait réapparaître. Sen achève alors le dragon déjà bien affaibli et ce dernier chute vers le sol, pile dans la bâtisse où se situait Sanya qui se retrouve alors ensevelie !

Asriel, paniqué à l’idée de perdre Sanya une deuxième fois, s’élance et sort Sanya des décombres. Ne portant pas attention aux autres membres du groupe pour pourraient le remarquer, il la sert fort dans ses bras en veillant à ne pas trop l’écraser contre son épaisse armure et dépose un léger baiser dans le cou de l’adolescente.

Quelques heures plus tard, Shardizah déniche le repaire du dragon. Les aventuriers récupèrent comme convenu la moitié du tribut donné auparavant par les habitants de la ville ainsi que quelques objets d’arts et de l’équipement qui n’intéresse pas la dragonne de cristal.

Les aventuriers souhaitent continuer d’explorer la Nécropole mais elle est désormais sous le contrôle de Shardizah qui ne leur donne pas l’autorisation de poursuivre à l’intérieur. Un marché est un marché et donc, légèrement déçus, les aventuriers décident de poursuivre leur enquête autrement.

Au Grand Mausolée, ils se font remercier mais très rapidement, ils comprennent qu’ils ne sont plus trop les bienvenus à Wati. Certes, ils ont libéré la ville de dangereux trafiquants de Mummia, d’un groupuscule encore plus dangereux (la chaîne d’argent), ils ont anéanti quasiment tous seuls une armée de morts vivants et empêché la ressurection d’un pharaon par un dangereux psychopathe, mais les personnes de faible esprit dont rapidement des raccourcis et leur attribue une part de leur malheur.

La nuit dernière, 5 autres aventuriers dont la description ressemble à leur groupe se sont fait assassiner dans une auberge et un masque d’or a été retrouvé sur place en signe d’avertissement.

osirion.jpgPassablement vexés mais pas rancuniers, les aventuriers décident donc de quitter Wati, non sans avoir visité la scène du crime auparavant (ils n’ont rien trouve) et de rejoindre la cité portuaire de Tephu.

Ils prennent un bateau et le voyage dure 4 h pour arriver à leur destination, de l’autre côté du confluent entre l’Aspic et la Tortueuse, là où ces 2 rivières jumelles se rejoignent pour forme le fleuve Sphinx qui traverse la capitale d’Osirion beaucoup plus au nord. La rivière regorge de poissons et de crocodiles et on peut observer ça et là des lotus dans les recoins un peu plus calmes.
Les aventuriers savent que seuls les plus chanceux pourront observer des hippopotames car cet animal est en quasi voie de disparition à cause de la chasse.

tephu_01.jpg

En arrivant à Tephu, les aventuriers sont frappés par la différence d’ambiance entre cette ville et Wati. Difficile d’imaginer en arrivant ici qu’à seulement quelques dizaines de kilomètres d’ici, une ville a failli être entièrement anéantie par une horde de morts vivants. Visiblement, peu de gens à Tephu sont au courant de la gravité de la situation et vu le ton employé quand ils parlent de Wati, les aventuriers comprennent que les 2 villes sont quelque peu rivales.

tephu_02.jpgLa principale activité de la ville (en état de quasi-monopole d’ailleurs) est la récolte et le traitement du papyrus. Les aventuriers s’en aperçoivent vite en se promenant dans les rues fourmillant de monde et de boutiques, ainsi qu’en observant les bannières de la ville qui flottent au gré du vent.

Ils apprennent que le leader actuel de la ville est un Haty-a (comme à Wati) du nom de Deka an-Keret. Ils décident d’aller demander une audience car ils ont appris que les parties les plus privées de la Grande Bibliothèque où ils comptent faire des recherches nécessitent une autorisation écrite. Ils laissent Hekmet à l’ Auberge des Vents du Désert pour réaliser ils ne savent quelle sorcellerie et se dirigent à la préfecture du Gouverneur.

Le bâtiment est hélas fermé et ils décident donc de ne pas perdre de temps et d’aller voir cette fameuse Grande Bibliothèque pour commencer avant la nuit quelques recherches dans les parties publiques. Ce bâtiment, immense et surmonté d’un dôme bleu et de pinacles dorés, impressionne les aventuriers. Ils ne trouvent rien de bien concluants et décident donc de revenir le lendemain en compagnie d’Hekmet et que le laisser avec le barde pour faire des recherches pendant que Sen, Sanya et Asriel enquêteront en ville.

tephu.jpg

View
La menace du dragon d'ombre

Bien qu’il nous reste encore à trouver un moyen pour détruire le masque doré, nous avons décidé de passer quelques jours à Wati afin de nous reposer et de visiter de nouveaux endroits de la nécropole.
C’est ainsi qu’après une petite semaine de pause durant laquelle papy Hekmet et Radoki ont amélioré nos équipements, nous avons mangé une drôle de viande chez le couple délivré des gravats.
Je crois bien que c’était de l’âne, ou peut-être de la poule, ou bien du lapin, la première fois que je goûtais un truc pareil en tout cas !
1440517565-1.jpg
Le lendemain de ce festin nous venions tout juste d’entrer dans la nécropole lorsque nous avons été stoppés net par une créature géante et sombre : un dragon d’ombre !!

Le dragon d’ombre
A peine avait-il soufflé un vent d’énergie négative que papy Hekmet, Radoki et moi tombions inconscients au sol. Heureusement Sen nous a transportés un peu à l’écart où Asriel a pu nous soigner grâce à ses pouvoirs de paladin. Conscients de la puissance du dragon nous sommes alors bien vite partis nous abriter dans des bâtiments pour éviter un nouvel assaut.
13814_1417517-1.jpg
Je n’ai pas pu suivre correctement la suite du combat puisque je m’étais réfugiée sous une table au plus profond d’une maison. J’ai su plus tard que mes compagnons, moins bien cachés, avaient tous été touchés à nouveau par le souffle destructeur du dragon.
A un moment Sen, invisible, est venu me dire qu’il allait m’amener aux portes de la nécropole pour que l’on puisse fuir. J’ai sursauté comme une folle en entendant sa voix sortie de nulle part.
En sortant j’ai compris l’ampleur des dégâts en distinguant Radoki au sol et Asriel très mal en point après une morsure du dragon. Inquiet en voyant cela, Sen m’a dit de retourner me cacher et bien que ce soit lâche je n’ai pas hésité longtemps avant de la faire.
Il paraît que les gardes de la nécropole sont tous tombés un à un sous les coups de griffes du dragon et qu’un second dragon encore plus grand est apparu avant de disparaître sous la menace de Radoki. Je suppose qu’il s’agissait en fait d’un tour lancé par lui-même, mais j’ai bien l’impression que ça le rend heureux qu’on le croit vainqueur d’un dragon alors je ne lui en parle pas.
Le véritable dragon, quant-à lui, a fini par partir. De ma cachette, je l’ai distinctement entendu rugir
- « Apportez-moi un tribut ou je détruirai la ville ! ».
Sans même avoir le temps de se réjouir d’être encore tous en vie nous avons dû essuyer une nouvelle attaque !
1d2ad70b836c0991be14f431587c20c4.jpg
Nous la devions cette fois aux gardes morts qui, par un étrange maléfice, se sont transformés en ombres intangibles. Les combattre n’était pas si difficile mais, tel un virus, leur mal se propageait et chacune de leur victime se relevait d’entre les morts pour se rallier à leur cause.
Après les gardes nous avons donc du vaincre aussi deux personnes transformées en ombre dans leur propre maison. Maison fort jolie d’ailleurs et pleine d’intéressants bibelots que mes compagnons ont refusé que j’emporte. Pourtant je suis certaine qu’ils m’auraient été bien plus utiles qu’à un couple de cadavres…
Après un petit détour au Grand Mausolée pour se faire soigner et récolter quelques informations sur le dragon d’ombre, nous avons compris à quel point cette créature pouvait être un fléau.
Il nous a été décrit comme infâme et surpuissant par le Vanth de Nakht… Comme si ces points-là ne nous avaient pas déjà sautés aux yeux lors de notre si agréable rencontre avec lui…
Mais son savoir nous a tout de même été utile puisqu’il nous a appris que l’ennemi juré d’un dragon d’ombre n’est autre qu’un dragon de cristal !
Il nous fallait donc retrouver Shardizah et prier pour qu’elle ne soit pas trop rancunière et accepte de nous aider…
Je reconnais que cette option ne m’emballait pas tellement !

A la recherche de Shardizah
Sans traces récentes du dragon de cristal, nous avons dû faire le tour de la ville en quête d’informations sur l’endroit où elle avait été vue pour la dernière fois.
Commença alors une sorte de course aux trésors à dos de chameaux. Tu sais à quel point j’adore les énigmes, ce jeu de piste avait donc tout pour m’amuser, si ce n’est la crainte de ne pas en revenir vivante !
Au sud nous avons rencontré Kameth, un très charmant marchand s’étant fait dévorer plusieurs chameaux par Shardizah et qui nous a promis un cadeau si nous parvenions à le débarrasser du dragon. Je glisse ici un portrait de lui afin de ne jamais oublier sa belle chevelure.
Merios3.jpg
Sur ces dires nous nous sommes dirigés ensuite vers le sud-est dans une zone rocailleuse et après de longues minutes de pistage nous avons continué vers le nord dans une région particulièrement collineuse.
C’est là que plusieurs gobelins nous ont sautés dessus !
Bandeau_solde.jpg
C’est petit et étrangement effrayant un gobelin, mais qu’est-ce que ça peut être idiot ! Si nous n’en avions pas été la cible, j’aurais bien rigolé à regarder leurs originales techniques de combat.
Ils sautent dans tous les sens en poussant des cris bizarres et ils lancent tout ce qui leur tombe sous la main ! Radoki s’est pris une chaussure sur le crâne puis des vêtements alors que Sen recevait un coup de crâne de chameau. Crâne de chameau sur lequel il a lamentablement glissé quelques secondes après.
Plus tard ça a été au tour de Hekmet de se voir assommé par un fémur et d’Asriel de se prendre sur le front un pot de fleurs sorti d’on ne sait où.
Un des gobelins a même tenté de me jeter un de ses collègues sur la tête ! Bien sûr il n’a pas réussi et son acolyte s’est directement vengé en essayant de le lancer à son tour, ce qui les a menés dans un épique combat !
Le ridicule semble être une forme d’art chez eux puisque leur chef s’est pointé, monté sur une hyène et portant un long rideau rouge en guise de cape et un collier d’ossements. Il jouait d’un drôle d’instrument, une sorte de flûte qui m’a vaguement rappelé des souvenirs comme venus d’une autre vie…
Quoi qu’il en soit, une fois ce gobelin mort, j’ai discrètement glissé l’instrument dans ma poche pendant que mes compagnons avaient le dos tourné.
ocarina-ceramique-triforce-9-trous-link-legend-of-zelda-917773675_L.jpg
Pour une fois je dois dire que ce combat a été plutôt divertissant et rapide.
Evidemment ce n’est qu’une fois tous les gobelins morts ou enfuis que nous avons réalisé qu’ils auraient pu avoir des informations sur Shardizah…
Nous nous sommes retrouvés un peu bêtes à ne pas savoir dans quelle direction partir mais j’ai aperçu au loin une petite hutte et nous avons décidé d’aller y jeter un œil.
C’est ainsi que nous avons rencontré Kapoom, un chouette gobelin alchimiste sans qui nous n’aurions jamais pu retrouver le dragon de cristal !
goblins_vs_gnomes_alchemist_by_eksrey-d89q3tn.jpg
Les débuts avec lui ont été plutôt difficiles car en arrivant dans la hutte Sen a posé sur la table la tête coupée du chef gobelin. Je me demande parfois si il se rend compte que les gens ont des sentiments. A moins que ce ne soit son expérience de la résurrection qui a fait ressortir cette indélicatesse en lui…
Après tout qui suis-je pour juger, je ne me sens moi-même pas encore totalement remise de ma mort.
Une fois Kapoom consolé du décès de Bob nous avons pu parler avec lui de Shardizah et du dragon d’ombre. Malgré sa peur évidente il a accepté de nous aider en nous donnant une fiole de liqueur radiesthésique pour que l’on puisse retrouver le dragon de cristal.
A présent mes compagnons dorment pour que l’on parte à la recherche de Shardizah dès l’aube. La hutte de Kapoom est petite et nous sommes un peu serrés mais ce n’est pas plus mal car ainsi je peux observer Asriel. Dieu qu’il est beau lorsqu’il dort paisiblement !
Je vais tout de même me reposer quelques heures moi aussi maintenant que j’ai pu te raconter nos dernières péripéties.
[…]
Me revoilà cher journal,
Ce matin nous avons versé la liqueur pour commencer à la suivre, c’est ainsi que nous avons trouvée Shardizah recluse dans une immense grotte.
L_Archange-et-le-Dragon.jpg
Le sort de Hekmet faisant encore effet elle était aveugle mais a tout de suite reconnu nos voix.
Elle ne semblait pas très disposée à nous écouter bien que l’évocation de la présence d’un dragon d’ombre l’ait rapidement fait réagir.
Il a tout de même fallu maintes négociations pour qu’elle accepte de nous aider.
Ainsi, nous lui avons promis de lui faire recouvrir la vue mais aussi de la soutenir auprès des prêtres de Pharasma pour qu’elle obtienne la gestion de la nécropole où elle aimerait s’installer.
Après avoir convenu d’un rendez-vous à Wati quelques heures plus tard nous lui avons laissé Radoki en gage de notre bonne volonté. Il dit qu’ils ont beaucoup échangé sur la route puisqu’ils partagent le même amour de l’art et de la peinture en particulier.
Une fois à Wati les prêtres ont accepté le marché de Shardizah, ce n’est peut-être pas un mal qu’elle règne sur la nécropole. Je crois de toute façon qu’ils n’ont pas bien le choix puisque le dragon d’ombre est toujours aussi menaçant bien qu’ils lui aient déjà donné beaucoup d’or.
A présent j’observe mes compagnons occupés à réfléchir à un plan d’attaque. Radoki propose d’enchanter des cailloux pour faire croire à un trésor et attirer le dragon d’ombre, Sen parle d’attendre demain et Ptemenib promet de nous accompagner.

Pour ma part je ne sais que penser, plus les minutes passent, plus cet inévitable combat m’effraie…

View
Le masque doré

Nous avons réfléchis un petit moment avant de se décider sur ce que nous allions faire ensuite.

La salle d’où Radoki était revenu après sa téléportation nous semblait être le bon endroit pour continuer notre exploration, avant de passer la porte qui se dressait face à nous.

Après avoir parcouru le long escalier descendant vers la salle, nous atterrîmes dans une grande pièce où résonnait des clapotis. La ville de Wati en miniature se trouvait au centre, ainsi qu’un pilonne remontant jusqu’au plafond. De petite figurines étaient disposées dans la petite cité et semblaient de bonne facture.

Mais fort de nos expériences récente en matière d’exploration, nous avons pris nos précautions en étudiant la pièce avant d’aller jusqu’à son fond. Après que Sanya ait détectée les pièges, j’ai ressenti qu’une aura magique de protection était situé derrière le pilonne. La bravoure de Sen le conduisit à se faufiler sur le côté de la pièce pour détecter la source de cette magie.

Une sorte de gargouille se cachait ici, et s’adressa finalement à nous :
- « Vous n’êtes pas les bienvenu ! » nous cria-t’il d’une voix forte et résonnant dans la salle.»
Identifié comme étant un Scea Dunar, le barde ayant étudié ce genre de créature savait qu’il était du genre résistant, et surtout mauvais. Il prit la parole :
- « Nous venons retrouver celui qui a profané ce lieu. »
- « Mauvaise réponse. »

C’est à ce moment-là que le combat débuta. Il s’envola puis me lança un rayon que je ne pus éviter. Je me suis senti soudainement très affaiblis par cette magie… Chose que je déteste !

Le combat faisait rage, Sen sauta en l’air pour le frapper mais il se heurta à une sorte de bouclier autour du monstre. Asriel subit de lourd dégats également, mais nous finîmes par abattre cet ennemi fielleux – non sans mal.

Après avoir récupérer les figurines encore intacte (mon sort d’agrandissement sur Sen avait fait du ménage dans la maquette…), nous avons commencé à chercher des passages secret dans la pièce à l’aide d’un parchemin en ma possession et des talents de Sanya.

Mais rien ne se trouvait là, c’est pourquoi nous sommes remonté devant les portes encore fermées pour tenter d’avancer. Mais après réflexion, nous avons envoyé Qasin chercher une baguette de soins car nous étions à court, et surtout très affaiblis par le combat. D’ailleurs les soins n’avaient d’ailleurs quasiment plus effet sur nous ! Nous étions vraiment en mauvaise posture.

Pendant l’attente, Sanya et Radoki finirent par crocheter la porte (crochetage d’une rare difficulté).
Sanya écouta à travers la porte et décida de l’entrouvrir. Elle ne vit rien car la pièce était dans le noir, et il n’y avait apparemment aucun bruit.

Sen entra dans la pièce, suivit de près par Asriel. Une statue qui se trouvait en face de nous s’anima et commença à nous attaquer.

Nous avions déjà rencontré ce genre de créature, une construction, et nous savions que le fléau en Adamantium pourrait nous être utile contre elle.
La statue tapait fort, et ses coups nous faisaient saigner à tel point que Sanya tomba au sol en danger mortel !
Mais Sen réussi à la détruire, et je pu sauver Sanya in extremis à l’aide d’une potion.

Une nouvelle fois nous avons eu du mal à nous soigner et nous étions encore en mauvaise posture.
Nous n’avons rien découvert dans la salle où nous nous trouvions, et seulement une porte se trouvait face à nous. Sanya réussi encore une fois à crocheter la serrure après avoir détecter un potentiel piège.

Malheureusement nous n’étions pas discrets, et les portes s’ouvrèrent toutes seules, laissant apparaître une pièce circulaire contenant six pilonnes sur les extérieurs et une sorte d’autel surélevé à son centre.
Six zombies étaient devant les portes, et un homme avec un masque doré accompagné de deux momies trônait au milieu de l’autel.

D’un réflexe foudroyant je pu lancer une boule de feu bien placée dans le tas, mais elle ne fit aucun dégât à mon grand désarroi… Ils étaient apparemment protégés contre le feu.
Mais le sol de la pièce où on se trouvait commença à se transformer en verre en fusion ! Tout le monde pu éviter plus ou moins de tomber sauf Radoki.

Le combat était violent, les zombies furent assez rapidement mis hors état de nuire bien que certain nous atteignaient de loin avec leurs flèches, un sort de graisse fut placé devant l’entrée pour éviter qu’ils ne traversent. Par contre une momie invisible fini par nous attaquer par derrière et nous mis en grand danger !

Ma maladresse ne me fit pas passer loin de la mort, mais nous réussîmes à reprendre le dessus grâce au rituel que les prêtres avaient finalement lancé ! Nous avons pu être soignés grâce à ça, et les mort-vivant les plus faibles furent détruit.

Pendant ce temps, nous avons compris que l’homme au masque doré était un Nécromancien. Ses sorts étaient dévastateurs et il nous affaiblissait gravement à l’aide de sa baguette.
Nos attaques avaient du mal à l’atteindre, mais heureusement j’ai pu prendre le contrôle de sa seconde momie la majorité du combat.
Il fut finalement détruit par le rituel mais nous laissa dans un état critique.

En prenant le masque doré en main, nous avons tout de suite su que c’était un artefact. Les prêtres de Pharasma qui nous avaient rejoints nous expliquèrent qu’il fallait rapidement le déplacer hors de Wati car des forces obscures étaient toujours à sa recherche.

Il fallait qu’on décide de son sort avant une semaine…

View
Sur les traces de Nebta Khufre

Nosoi.jpgNous attendions donc patiemment un écho à notre signal
Dans le silence de cette nécropole glaciale.
Pour nous occuper jusqu’au coucher du soleil
Nous nous sommes attelés à purifier l’autel.
Hekmet, à l’aide de ses connaissances éclairées,
Parvint même à refermer le passage qui fût de nouveau scellé.

Peu avant le crépuscule, nous vires arriver une ombre minuscule.
Mais point de Ptemenib volant à notre secours
Seulement Qasin dans ses simples atours.
Le vif psychopomp avait fait ce long chemin
Pour nous dire qu’une autre aide nous ne recevrions point.
Les grands prêtres de Pharasma s’attelaient à un rituel
Qui requérait l’ensemble de leur personnel.

festrog.jpgEt c’est donc seul face à l’adversité
Que nous devions une fois de plus nous débrouiller.
La décision fût prise de dormir à proximité
Pour garder un œil sur cet endroit convoité.
Au petit matin nous revinrent au passage effondré
Qui, bien évidemment, n’avait pas changé.
Une fois tous les gravats déblayés
Nous commençâmes enfin à explorer ce mausolée.
L’endroit en deux parties symétriques était scindé
Et comprenait au nord un sombre escalier.

L’aile droite comprenait une salle emplie d’animaux empaillés
Vestige de maîtres depuis longtemps oubliés.
De cette étrange animalerie nous ne purent rien tirer
Et nous nous dirigions donc vers une salle dont la porte était capitonnée.
L’intérieur révéla des archives conservées
Qui, d’une autre époque, recensaient les décès.

champion_squelette.jpgSi la partie Est était sans danger, il n’en fût rien du côté opposé.
En lieu et place de bêtes momifiés nous fûmes mis à mal
Par un groupe de Festrog au comportement bestial.
Ces immondes chancres bubonneux,
Couverts de fistules et autres furoncles odieux,
Semblaient sous le contrôle d’un être malicieux.
Nos preux combattants entrèrent dans la mêlée
Et réussir sans peine à la dominer.
Dans cette zone abandonnée nous ne trouvions rien,
Même après l’avoir fouillée dans ses moindres recoins.

Mais une autre menace dans l’aile orientale
Faillit se révéler beaucoup plus létale.
Une autre archive recensant les naissances d’antan
Cachait la présence de sombres revenants.
L’un d’eux manipulait une cage
Contenant la tête d’une femme folle de rage.
Après un rude combat nous fouillâmes cette salle
Pour finalement y découvrir un étrange journal.
Il retraçait l’histoire d’un vieil oracle de Tephu
Qui de son petit-fils avait subi le courroux.

cultist.jpgJaloux de ces pouvoirs et de son autorité
Il avait développé envers elle une violente hostilité.
Rassemblant autours de lui une suite de fidèles
Il profana sa dépouille et entrepris un rituel.
Ce dernier n’aboutit pas et ses plans furent découverts
Condamnant ce fou à une errance dans le désert.
Mais sans cœur empli d’aigreur n’avait pas abandonné
Le désir de montrer au monde toutes ses capacités.
Guidé par les visions de sa grand-mère réanimée
Il se mit sur les traces de son odieuse destinée.
Le fantasme d’un pharaon tombé dans l’oubli
Mena ses pas jusqu’à notre belle Wati.
Ce mystérieux pharaon orné d’un masque doré
Accaparait maintenant toutes ses pensées.
Et c’est précisément dans cette sépulture
Que l’avaient guidé ces sinistres augures.

Nous décidions donc de trouver ce vilain garnement
Pour lui flanquer la fessée qu’il méritait tant.
C’est donc avec cet esprit déterminé
Que nous nous engagions dans le sombre escalier.

crypt_thing.jpgArrivant dans une salle au bleu atypique
Nous fûmes soudainement attaqué par de la mosaïque.
Sortant de ce piège avec quelques difficultés
Nous tombions dans une salle aux aspects singuliers.
Semblant être le carrefour de multiples directions
Nous y avons croisé une drôle d’aberration.
Sortie de l’ombre, une créature incongrue
Me téléporta dans un lieu inconnu
Où, face à des horreurs qu’ici je n’évoquerai pas,
Je fis parler mon expérience et ma maitrise du combat.

ghast.pngEtant inquiet pour mes coéquipiers
Je m’engouffrais sans peur dans un sombre escalier.
Quand dans la salle carrefour je fus revenu
J’appris que Sen aussi avait disparu.
Bien que privé de mes précieux talents
Le groupe avait réussi à détruire le mort-vivant.
Après quelques instants nous trouvions Sen groggy
Suite à la vision de deux belles endormies.
A l’aide de magie, leur corps était protégé
Et c’est auprès d’elles que le moine s’était retrouvé.
N’ayant rien su tirer de leur joli minois
Nous les laissions donc reposer dans le froid.
C’est alors qu’au détour d’un couloir
Nous fûmes assaillis par une demi-orc hagard.
Transformée en Ghast par un inconnu procédé
Nous n’eûmes pour autre choix que de de la trucider.

Ne restait alors qu’une direction inexplorée
Cette unique issue, à n’en point douter,
Recelait l’endroit tant convoité
Où attendait le pharaon au masque doré…

View
L'observatoire de la vérité et de la sagesse
La tombe cachée de Nefru Shepses

dark-creeper.jpg

Investigations

Après avoir vaincu Cadavre Décharné, le membre renégat du peuple sombre, les aventuriers réfléchissèrent à leur prochaine destination. Ils commencèrent par questionner Harmonie Déballée sur l’Observatoire, le bâtiment au toit pyramidale, le lieu où se trouvait la dernière boussole ainsi que sur les lamias.
Malheureusement, le peuple sombre n’avait que peu d’information sur chacun de ces points si ce n’est que la boussole se situait dans une tombe et que les lamias formaient une tribu d’une demi-douzaine de membre.
Puisant dans leur connaissances, Heckmet et Radoki se souvinrent que L’observatoire était dit “de la vérité et de la sagesse”. Radoki rajouta au sujet des lamias qu’elles étaient capable de voir dans le noir, qu’elles utilisaient la magie pour manipuler leur ennemis et que ces créatures mi femme, mi lionne étaient très dangereuses.

Au vues des précédents dangers rencontrés dans la nécropole, le groupe décida d’aller quérir plus d’information auprès du grand mausolée avant d’explorer les lieux semblant digne d’intérêt. Sur leur trajet pour rentrer en ville, ils passèrent près de l’observatoire, un petit bâtiment apparemment inhabité et silencieux, surmonté d’une tour au toit effondré. Après avoir traversé les couloirs sinueux leur permettant de sortir de la nécropole, ils arrivèrent au grand mausolée. La ville semblait être retombée peu à peu dans la panique, les psychopompes parcourant les rues ça et là, chassant les mort-vivants. Les aventuriers allèrent à la rencontre de Ptemenib, heureux de les revoir après une nuit passée dans la nécropole. Il ne put leur donner que peu de renseignement sur les différents lieux qu’ils comptaient explorer. L’observatoire ne lui semblait pas digne d’intérêt. Le bâtiment au toit pyramidale connu sous le nom de pyramide des joies arithmétiques était un ancien quartier général de maçons et architectes, reconverti en tombes pour ce corps de métier. La dernière boussole se trouvait dans la tombe de Menket Maatya, un Astronome Magicien. Ptemenib ne put pas leur en apprendre davantage sur les lamias, mis à part confirmer leur nombre, ainsi qu’elles rendaient fous les esclaves humains qu’elles capturaient.

Après ces quelques recherches, le groupe reprit la route de la nécropole, se dirigeant vers l’observatoire.

L’observatoire de la vérité et de la sagesse

telescope.jpg
Arrivés au pied du bâtiment délabré aux portes effondrées, les aventuriers franchirent son seuil. Les murs étaient couverts de hiéroglyphes anciens et quelques sarcophages brisés de l’intérieur étaient posés à même le sol. Ce lieu était consacré aux dieux de la vérité Maat et de la sagesse Thot, d’où il tirait son nom. Dans la tour étroite ils trouvèrent du matériel pour observer les cieux ainsi que des dessins de constellations affichés sur les murs, probablement pour orienter les instruments. Après une fouille minutieuse, le groupe découvrit sous un tapis une trappe inscrite du symbole de pharasma, la spirale spirituelle, fermée magiquement. Ils trouvèrent aussi des morceaux de carte du ciel, de la même facture que celle laissée par l’étrange homme au masque dorée. Hekmet étudia les écritures, et lut un texte inspiré par Pharasma :
“Tout ceux qui vivent doivent passer la porte de la mort pour être jugés”
Et la trappe s’ouvrit, laissant paraître un escalier en colimaçon étroit et plongeant dans les ténèbres.
staircase.jpg

La tombe du Pharaon

Après une descente prudente, les voyageurs d’outre-tombe s’avancèrent dans une grande salle souterraine disposant d’un bassin rectangulaire en son centre. Les statues d’Anubis décorant les lieux et les peintures murales révélèrent que cette tombe devait être celle perdue du Pharaon Nefru Shepses, fondateur de Wati et auteur de la note secrète trouvée dans le temple de l’Oeil érudit, mettant en garde contre un artefact extrêmement puissant. Après avoir dragué quelque sceptres sacrées dans le bassin, les aventuriers appuyèrent sur un mécanisme, éclairant l’intégralité de la salle grâce à un ingénieux mélange d’art et de magie. Quatre portes en bronze au fond de la salle laissait entendre des grognements sourds.
Le groupe se mit en position et ouvrit une des portes.
Zombies.jpg
Une nouvelle salle s’offrit à eux, un autel couvert de sang ancien en son centre, et des dizaines de zombies déambulant lentement sans but apparent se retournèrent sur la porte ouverte fixant de leur yeux vides les aventuriers. La lutte commença et le groupe combattit stratégiquement, profitant de la faiblesse et de la lenteur de leurs adversaires pour garder l’avantage tactique et avancer implacablement tout en décimant leurs rangs. Après une trentaine de seconde, Heckmet poussa un cri, avertissant que de nouveaux ennemis les prenaient à revers. En effet, cinq cultistes firent leur apparitions, accompagnés d’Ekram, l’ancien chef de la main d’argent qui avait fui, aveugle, par le labyrinthe lors de leur précédente rencontre et nourrissant désormais une haine visible pour les aventuriers..
cultists.jpg
Le combat devint très compliqué pour le groupe. Devant faire face sur deux fronts, ils arrivèrent tant bien que mal à maintenir leurs lignes de défense, restant dans l’encadrement de la porte pour éviter de se faire déborder. Après avoir éradiqué la menace morte-vivante, les voyageurs réussirent à reprendre non sans mal l’avantage sur les cultistes. En plus des combattants, une barde invisible les harcelait, entre convocation de chiens démoniaques et sorts étourdissants, leur criant qu’ils allaient finalement atteindre leur but grâce aux aventuriers qui leur avaient ouvert les portes de la tombe du Pharaon. Après une lutte acharnée et non sans pertes, le groupe réussi à les vaincre et seule la mystérieuse lanceuse de sort arrivant à s’échapper.
Après une courte pause pour se remettre en forme, les voyageurs découvrirent le sceau du Pharaon sur l’autel, un Phénix en cercle attrapant sa queue confirmant leurs hypothèses sur le propriétaire des lieux.
Ils ouvrirent la porte au fond de la salle pour s’enfoncer plus profondément dans la tombe quand un éboulement s’effondra sur eux, blessant grièvement Sanya et Asriel et bloquant ainsi le passage, empêchant toute progression.

Affaiblis par leur combat contre les renégats du peuple sombre dans la matinée et l’éprouvante embuscade des cultistes, les aventuriers allaient devoir prendre des décisions pour préparer les événements à venir.
Ils commencèrent par envoyer un message à Ptemenib pour le prévenir de leurs étonnantes découvertes et lui demander son aide.

View
Rencontre avec le Peuple Sombre

Après leur combat contre le dragon de cristal et la découverte de l’orientation de la source nécrotique à l’origine de l’invasion des morts-vivants dans Wati (voir plan plus bas), les aventuriers décident de continuer leur exploration à la recherche d’une nouvelle boussole pour peaufiner sa localisation.

wights.jpgIls choisissent donc de se rendre à la boussole au sud-est de la Nécropole en faisant un détour par le Marché aux goules pour éviter de passer près de l’entrée de la Nécropole, où d’après leurs souvenirs se concentraient la majorité des morts-vivants.
En chemin, ils se font attaquer par des Nécrophages et le combat se déroule sans vraiment d’encombres.

Au cours de leur trajet, ils voient régulièrement des Vanth accompagnés de leurs Esoboks en train de s’attaquer à des morts-vivants. Les aventuriers restent prudents car ils ne souhaitent pas être confondus et être attaqués !

Ils arrivent finalement au lieu où se situe la boussole, il s’agit de Bains. La bâtisse est très grande et ils constatent qu’une partie du bâtiment est effondrée. Après une heure de fouille, ils trouvent la boussole : elle est détruite sous une partie du mur effondré. Ils trouvent également un prisme circulaire magique dans la bout mais aucun artistes de la magie n’arrive à découvrir de quoi il s’agit !

dark_folk_01.jpgSe sachant proches du Peuple Sombre (Clan des Xotl), ils décident d’aller leur rendre visite avant d’aller chercher la prochaine boussole. Ils sont accueillis par 3 petits humanoïdes à la peau sombre qui se présentent comme étant Tissu Enrubanné, Pierre Enrhumée et Fenêtre Délabrée. Leur aspect et attitude totalement décalés amusent les aventuriers qui leur demande s’ils peuvent parler à leur chef.
Pierre Enrhumée leur explique qu’il s’agit d’ Harmonie Déballée, leur matriarche, et qu’ils doivent attendre pour savoir s’ils peuvent la rencontrer.

Durant les 30 minutes où ils attendent, les Xotl qui sont restés posent plein de questions aux aventuriers sur leur mode de vie qui semble vraiment les fasciner !

Quand Pierre Enrhumée devient, ils leur annonce qu’Harmonie Déballée accepte de les rencontrer. Les aventuriers sont conduits dans une grotte souterraine sous le bâtiment et ils rencontrent enfin la matriarche.
Elle leur explique que les morts-vivants ne leur posent pas vraiment de problème. Elle leur propose ensuite de fournir aux aventuriers des informations en échange d’un petit “service” : elle voudrait qu’ils se débarrassent de Cadavre Décharné, un Xotl corrompu tellement fasciné par la mort qu’il en est venu à faire des expériences sur des cadavres d’humains. Il se terre actuellement un peu plus au nord, dans la Nécropole, au niveau de la Villa Kawab, et Harmonie Déballée veut récupérer comme preuve de sa mort une pierre qu’l possède.

Les aventuriers acceptent et décident de partir le lendemain puisqu’il se fait tard.

ankheg.jpg
Il arrivent sans encombre à la villa, la propriété d’un ancien noble de la ville. Le jardin est désolé et de nombreuses ronces y poussent. Les fenêtres de la villa sont barricadées et peintes en noir.
Alors qu’ils étaient en train de décider de comment pénétrer dans la villa, ils se font attaquer par trois Ankheg, des insectes géants et cracheurs d’acide. Après en avoir trucidé deux, le dernier prend la fuit et les aventuriers reprennent leurs investigations.
Après un rapide tour de la villa, ils décident qu’ils vont entrer par la porte arrière pour créer un effet de surprise !
Mais c’était sans compter la solidité de la porte ! Sen et Asriel n’arrivent pas à défoncer la porte du premier coup et quand ils y arrivent enfin, ils sont plongés dans une immense zone de ténèbres magiques et se font attaquer par des ennemis qu’ils n’arrivent pas à voir !

Sen, sous l’effet d’un sort de peur s’enfuit tandis que Sanya et Radoki courent en dehors de la zone sombre. Hekmet, dans la précipitation, tombe à terre et des ennemis s’attaquent à lui.

cadavre_d_charn_.jpgAprès un moment de confusion, Asriel se rappelle qu’il a une potion de vision dans le noir ! Tentant le tout pour le tout, il boit la première potion qu’il trouve dans son sac et c’est la bonne ! Il voit alors clairement la scène. Il tue les ennemis qui s’acharnaient sur Hekmet et appelle Sen pour lui permettre de se localiser dans le noir et emmener le vieux nécromancien à l’abri.

Il finit enfin par tuer Cadavre Décharné !

Ils récupèrent sur Cadavre Décharné la pierre (une sorte de bézoard, une pierre qu’on trouve dans l’estomac) et ils découvrent dans la villa 3 Xotl qui se rendent. En inspectant les lieux, ils découvrent que Cadavre Décharné était en plein rituel autour d’un Xotl mort.
Ils retournent auprès d’Harmonie Déballée qui semble très satisfaite et qui leur offre en retour la pierre ainsi que 4 urnes funéraires.

Elle consent alors à dire aux aventuriers ce qu’elle sait : ils ont vu des hommes étranges se déplacer dans la Nécropole et ils portaient des masques dorés. Les derniers qu’ils ont pu voir se situaient au niveau des Bains (qu’ils ont déjà visité la veille). starmap.jpgL’un d’eux semblait avoir une discussion animée avec une créature (qu’ils n’ont pas pu identifier) dans une petit cage et cela s’est produit juste avant l’invasion de morts-vivants ! Dans la précipitation, cet homme a laissé tomber derrière lui un parchemin et Harmonie Déballée l’offre aux aventuriers qui remarquent immédiatement qu’il s’agit d’une carte incomplète du ciel de Wati en été !

Les aventuriers doivent donc maintenant décider de leur prochaine destination ! Ils savent que le niveau de panique dans la ville est désormais de 12.

Le trajet des aventuriers !
n_cropole_wati.jpg

En bleu : la zone pointée par la boussole. Les flèches jaunes représentent le trajet. Les B rouges représentent les boussoles non fonctionnelles. La boussole du nord n’a pas encore été visitée.

View
La quête de la boussole
La tragique mort de Sanya (et de Sen aussi ^^)

Cher journal, voici l’histoire de ma mort…

La journée ne me semblait pas si mal partie pourtant. Malgré la panique accrue en ville il n’y avait pas lieu de s’affoler, papy Hekmet apprenait ses sorts, Radoki essayait d’enchanter une ceinture pour Sen, Asriel semblait méditer et moi je m’entrainais à quelques petits tours de passe-passe… Heures matinales qui passent lentement…
Nous sommes partis pour la nécropole une fois de plus et nous y avons trouvé un énorme moustique hideux en train de dévorer les restes de Velriana, bien qu’aucun de nous ne la porte dans son cœur nous avons décidé de brûler son cadavre afin qu’il ne soit plus profané. J’avoue que l’idée me plaisait bien puisqu’elle a une fâcheuse tendance à revenir à la vie.
C’est dans la maison aux serpents que nous avons trouvé la première boussole mais malheureusement elle était inutilisable à cause son cristal est cassé. Elle a dû tomber du second étage, tout est bien délabré dans cette nécropole. Nous avons donc continué notre chemin sous une fine pluie vers un autre endroit indiqué par Sebti.

250px-Wraith.jpg

Là, les ennuis ont commencés. Deux sortes de fantômes brumeux, des âmes en peine, nous ont attaqués. Ils ont rapidement pris le dessus en nous affaiblissant tous tour à tour, je ne m’étais encore jamais sentie aussi épuisée et fragile. Papy Hekmet aussi semblait particulièrement affaibli.
De deux ces âmes sont passées à quatre et j’ai bien cru que nous n’en viendrions jamais à bout. Le combat était long, je me suis retrouvée un peu isolée, seule contre un de ces monstres, priant pour que mes compagnons puissent vite me rejoindre.
Radoki invisible est peut-être celui qui a le moins souffert de ce combat, à moins que ce ne soit Asriel, il est tellement résistant ! Pour ma part j’ai bien cru mourir et tu n’imagines pas à quel point j’ai été soulagée quand Papy Hekmet a pris le contrôle de la dernière créature après qu’Asriel, Sen et moi ayons tué les trois autres. Heureusement que Radoki nous a soignés à coup de baguette ensuite.
La deuxième boussole se trouvait sur le toit d’un grand bâtiment, une ancienne boutique déjà vidée de tous ces trésors. Et là encore pas de chance car il manquait le cristal. Après une petite observation des lieux, Sen a remarqué des traces au sol menant jusqu’à une immense doline avec deux goules qui ont rapidement fui en nous voyant arriver. Sur le coup ça m’a fait sourire mais si j’avais su que quelques minutes plus tard une goule aurait ma peau j’aurais sûrement déguerpi au plus vite.
Nous n’avons pas hésité longtemps face à ce trou béant. Bien qu’il y ait de fortes chances pour que le cristal s’y trouve, nous n’étions définitivement pas équipés pour descendre alors nous avons continué en direction du marché dans l’espoir de trouver enfin une boussole en état de fonctionnement.

0e22e03f0ec6724d4b85a59e982f32a9goules12.jpg

C’est là que les choses ont réellement mal tournées pour moi… Cinq goules plutôt agressives nous regardaient de loin et c’est sans trop réfléchir que je me suis avancée vers elle, refusant d’admettre que j’étais déjà bien trop affaiblie pour mener encore un combat.
La première m’a mordue et dès lors je n’ai plus été capable de faire le moindre mouvement, j’ai compris à cet instant que l’aventure s’arrêtait là pour moi. J’ai observé les autres goules alors qu’elles s’approchaient, j’ai su qu’elles allaient prendre plaisir à s’acharner sur moi, mais mon corps refusait de m’obéir et je ne pouvais rien faire.
J’ai posé alors une dernière fois le regard sur mes compagnons au loin, j’ai vu leurs visages affolés, la bouche d’Asriel coincée dans un cri silencieux et c’est avec un dernier sourire pour lui que je me suis effondrée, mon corps déchiqueté par les goules.
Pendant un instant j’ai cru que j’allais voir ma courte vie défiler devant mes yeux mais la mort n’a pas été assez généreuse pour me donner ce dernier plaisir. Je ne sentais que la douleur insurmontable et la tristesse.
Bien sûr, mes compagnons ont réussi à me venger de ces goules, il paraît même qu’Asriel et Sen ont pris grand plaisir à les tuer.
Dans une échoppe toute proche ils ont rencontré un petit groupe de survivants déjà croisés à la loterie. Ils les ont d’abord écoutes raconter comment ils s’étaient cachés ici depuis le début des émeutes de morts-vivants. C’est comme ça qu’ils ont appris la présence dans la nécropole d’hommes arborant d’étranges masques de bronze comme ceux que nous avions déjà vus.
Mais papy Hekmet m’a dit que bien vite ils ont recommencé à chercher la boussole et sont tombés sur une créature monstrueuse qui n’a eu de cesse d’arracher la chair de Sen jusqu’à ce qu’il meure à son tour. Une gaste, sorte de goule mais encore plus puissant et impressionnante d’après Radoki. Vu ma récente aversion pour les goules je suis bien heureuse de ne pas avoir eu à poser mes yeux sur cette immonde chose.
C’est Asriel qui l’a achevé dans un cri de rage, ça il me l’a raconté avec fierté ce matin peu de temps après ma résurrection et malgré mon mal-être je dois avouer que le savoir si fort m’a un peu rassurée.
Au final ces hommes n’étaient autre que des fabricants de drogue et la créature un de leur ancien collègue, devenu complètement fou après en avoir trop consommé… Je ne me moquerai plus jamais des gens qui disent que la Mumia est un fléau.
Asriel, Radoki et papy Hekmet nous ont portés Sen et moi jusqu’au mausolée dans l’espoir de pouvoir nous ramener à la vie et c’est ce que Sebti a proposé une fois leur récit terminé.
Je ne suis pas certaine de pouvoir un jour la remercier correctement pour cet acte d’une grande générosité, je vais redoubler d’efforts pour sauver la cité en son honneur mais ça me semble bien insuffisant.

Ce matin les résurrections ont été effectuées, il paraît que la cérémonie est jolie bien que longue et douloureuse. Personnellement je ne me souviens pas vraiment, quand j’ai ouvert les yeux je ne sentais plus rien et ne reconnaissais aucune des têtes penchées sur moi.
J’ai cru que je pourrais avoir un peu de répit, prendre le temps de songer à la mort, réfléchir à mon avenir au sein de ce groupe… Mais la panique a augmenté cette nuit, les psychopompes arpentent à nouveau les rues de la ville, l’origine du mal demeure inconnue… Face à tant de soucis, impossible de se poser un moment !
A l’instant même où je te fais part de tout ceci nous sommes déjà repartis à l’aventure depuis plusieurs heures et nous venons même de combattre un dragon de cristal…
Sebti et Ptemenib nous avaient prévenus de la possibilité que l’on en trouve un dans la doline mais je ne voulais pas y croire.

Outer-Dragon-Lunar.jpg

Le combat a été épique une fois de plus, nous avons essayé d’abord de lui demander avec courtoisie si il pouvait nous rendre le cristal mais de toute évidence nous n’avons pas été très convaincants puisque pour seule réponse nous avons eu droit à « Schardiza ne pardonnera pas cet affront ! » et à une poussière de paillettes éblouissantes.
Papy Hekmet s’est retrouvé aveugle un long moment, comme quoi la vie est parfois ironique puisqu’habituellement c’est plutôt lui qui aveugle les autres. Sen a réussi à éviter de nombreuses attaques tout en provoquant Schardiza pour qu’Asriel et moi puissions lui porter des coups.
Puis d’un coup Radoki est devenu parfaitement silencieux, c’est rare puisqu’il est tout le temps en train de fredonner des airs ou de chanter à gorge déployée. J’ai senti une boule d’angoisse se former au creux de mon ventre, j’ai commencé peu à peu à me laisser envahir par la panique et lorsque la voix cristalline du dragon a résonné dans un cruel « Je vais te dévorer petit vermisseau » je n’ai même pas songé un instant à rire de cette formulation désuète.
Une nouvelle pluie de poussières scintillantes nous a permis d’entrevoir Radoki allongé au sol dans une position inquiétante et de le soigner avant qu’il ne soit trop tard. Asriel bien qu’aveuglé par ce sort a porté un dernier coup au dragon juste avant que papy Hekmet ne le fasse fuir hors de la grotte à coup de rayon magique l’affaiblissant. C’est comme ça que nous avons pu récupérer le cristal pour réparer la deuxième boussole trouvée.
Voilà déjà un moment qu’ils s’attèlent à cette tâche alors même que je te conte les derniers instants de ma première vie.
Je les observe, ils ne savent pas ce qui se joue dans mon cœur, ils ne peuvent pas imaginer toutes ces idées qui tournent en boucle dans ma tête depuis plusieurs heures maintenant.
Papy Hekmet m’appelle, il vient à l’instant de finir de réparer la boussole et il dit qu’elle pointe en direction du nord de la nécropole.

Il est donc temps pour nous d’avancer. Avancer, toujours avancer…

View
Investigation périlleuse

Comme convenu, le combat contre le champion de Nakt à eu lieu à l’aube. La règle était simple : vaincre le champion ou crier “pitié” pour que le combat s’arrête.

Nous nous étions préparé la veille en réfléchissant à une stratégie à utiliser contre le Vanth, mais rien ne pouvait réellement nous préparer contre cette créature que nous avons combattu…

Juste avant d’arriver sur la place du marché où le défi avait lieu, nous avons renforcé nos défenses à l’aide de sorts, puis – heureusement – j’ai bu une potion de détection d’invisibilité.

Le champion nous attendait, mais nous nous sommes aussi rendu compte qu’il y avait trois esoboks de plus, dont un invisible.

Le combat s’est engagé, et nous avons attendu que le Vanth arrive sur nous. C’était peut-être une erreur.
Pendant l’incantation de mon invocation d’Auroch, le Vanth à foncé droit sur moi et m’a infligé de lourd dégâts. Je n’ai eu que le temps de faire scintiller la créature pour ne pas qu’elle devienne invisible avant de me retrouver inconscient…

Sebti faisait attention à ce qu’aucun incident fâcheux n’intervienne, et elle faisait bien ! Elle lança un sort pour ne pas que mon état n’empire.

Le combat faisait rage mais Asriel réussit à me soigner tant bien que mal. Nous ne savions pas encore, mais ça aurait pu être la pire idée pour mon existence ! Pour la seconde fois du combat je me suis retrouvé au sol. Mais cette fois-ci, mort.

Par chance Sebti utilisa son unique sort de souffle de vie pour éviter le drame, je lui en suis reconnaissant. Par contre à ma grande déception je n’ai pas pu reprendre le combat, mais juste observer la scène de guerre en tant que spectateur.

Même si mes compagnons ont réussi à abattre les trois plus faibles psychopompes, ils tombèrent au fur et à mesure. Sanya, Radoki, Asriel…

A la fin, il ne resta que Sen et le champion, tout deux bien amochés. Sen combattu courageusement et tenu bon grâce à une défense hors du commun !

Nakht finit par stopper le combat, impressionné par notre vaillance. Le courage et le talent dont nous avons fait preuve l’avait convaincu, et il nous autorisa donc à poursuivre nos investigations jusqu’au prochain grand danger pour la ville (estimé deux ou trois jours).

Sebti nous confia alors un secret gardé depuis longtemps, qu’on ne devait raconter sous aucun prétexte. Il existe des compas d’une technologie très ancienne utilisés pour surveiller et contrôler l’activité de puissante magie de Nécromancie dans la Nécropole. Si nous pouvions en récupérer quelques-un, nous pourrions faire en sorte de “trianguler” la position de la source du mal.

Sebti nous confia également que des créatures vivaient dans la Nécropole. Le peuple sombre dont la présence est toléré par les Pharasmins dans la nécropole qui pourrait peut-être nous aider dans notre quête, et les Lamias plutôt belliqueux.

Avec Radoki nous avons donc commencé par améliorer l’équipement du groupe grâce à la création de nouveaux objets. Puis nous nous sommes rendu à la prison de Wati pour essayer de convaincre le prisonnier de la chaine d’argent de nous guider dans le dédale que nous avions découvert la veille.

Après un échange laborieux avec le dirigeant de la prison, c’est finalement grâce à Ptemenib que nous avons pu libérer le prisonnier (avec une remise de peine réduite à une semaine de cachot).

Il nous guida à travers le petit labyrinthe pendant une dizaine de minutes avant qu’on ne trouve la sortie. Puis nous l’avons libéré pour qu’il retourne en prison, mais Sen prit la précaution de récupérer sa ceinture pour qu’on puisse le retrouver grâce à la magie.

La nécropole semblait déserte, mais avec plus d’attention nous avons aperçu des formes mouvante au loin (probablement des morts-vivants).

En explorant les environs, nous sommes tombés sur des nuées de serpents venimeux… Nous avons bien failli passer l’arme à gauche à cause de ces bestioles ! Ils nous ont empoisonnés à multiples reprises, ce qui nous incapacitait gravement. Nous avons pu malgré tout nous en débarrasser, mais c’était sans compter la surprise qui nous attendait.

Un zombi en rage se dressa face à nous, et ce n’était nulle autre que Velriana, la chef du groupe de “la main brûlante”. Elle était vraisemblablement hanté par sa mort de notre fait, et bien décidée à nous faire trépasser !

Elle agrippa Radoki qui failli bien en mourir, mais grâce aux forces conjointes restantes du groupe nous réussîmes à la vaincre une seconde fois. J’ai même eu l’honneur de lui infliger le coup fatal, j’en suis enchanté.

Sérieusement affaiblis par ces combats, nous avons décidé de ne pas poursuivre l’exploration de la nécropole et de retourner en ville pour retrouver des forces.
Décidemment, s’aventurer à la Nécropole semble de plus en plus périlleux…

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.